Valeila Sail, la famille qui a choisi de vivre en bateau

Cette famille italienne a décidé de laisser derrière elle une vie citadine pour se lancer dans un nouveau type d’existence : vivre en bateau. Dans cette discussion, les membres de “Gentilina” nous racontent comment leur vie a changé depuis qu’ils vivent au bord de l’eau.

Depuis plus de deux ans, l’équipage de Gentilina – composé de Fabio, Marina, Valerio, Leilani et deux chats – traverse la Méditerranée. Ils ne sont pas de passage, ni même en vacances : ils ont décidé de faire de la voile leur seul mode de vie. Abandonnant la routine et les “carcans” de la vie à terre, les membres de “Valeila Sail” vivent à bord de leur bateau, partageant leurs expériences et leurs conseils sur les profils sociaux.

Dans cette interview, ils nous racontent comment leur vie a été transformée depuis qu’ils ont pris cette décision radicale mais libératrice : ils expliquent comment les mérites compensent les inconvénients, révèlent les raisons de cette décision et comment ils organisent leur vie quotidienne à bord. Fabio et Marina nous informent également des conséquences de la récente quarantaine due au COVID-19.

Plus d’informations sur : Vivre sur un bateau

Bonjour et merci de nous offrir ce chat ! Tout d’abord, comment est composé l’équipage du navire ?

Ohé ! L’équipage est composé de 6 membres. Fabio est le capitaine, âgé de 42 ans, tandis que Marina – 33 ans – fait office d’adjoint : il n’est pas idéal d’avoir deux capitaines à bord, mais, pour des raisons de tranquillité, Marina fait croire à Fabio que c’est lui qui commande… . Ils sont suivis par le maître d’équipage et pêcheur officiel Valerio (13 ans) et le second, Leilani, 6 ans, qui est chargé de danser, de faire des gaz d’amoureux et de repérer les dauphins. Pacho et Vicky complètent l’équipe : deux chats toujours prêts à demander des câlins.

Parlez-nous un peu de votre parcours, d’où venez-vous ?

Nous venons tous d’un milieu assez commun. Fabio est né et a grandi à Novara, se baladant dans la campagne environnante, le fleuve Sesia et le lac d’Orta à bicyclette, en motocross et avec des moyens nautiques improvisés. Marina est née à Milan et a grandi en Lombardie. Liée à la mer dès ses premiers mois (le nom n’est pas une coïncidence), elle a passé près de vingt étés dans le nord de la Sardaigne, conduite par ses parents sur une vieille Fiat Campagnola et un canot pneumatique à la sécurité douteuse. En 2011, Marina et Valerio ont déménagé à Novare où ils ont rencontré Fabio : c’était le début de l’aventure !

valeila-voile-famille Toute la famille pendant la navigation.

Quels emplois exerciez-vous avant de vous lancer dans cette aventure ? Était-il compliqué de se désengager de la logique du salaire et du travail ?

Fabio a toujours travaillé dans l’informatique, tandis que Marina a une brève expérience en tant qu’hôtesse de l’air, mais a toujours travaillé dans le commerce de détail de l’habillement, passant du statut de simple vendeur à celui de propriétaire de magasin et de responsable de secteur pour un grand groupe.

Nous aimions nos emplois, mais ils nous laissaient très peu d’espace et de temps à consacrer à nos enfants, à notre relation et aux activités qui nous passionnaient vraiment. Nous avons donc décidé de vendre notre appartement et de quitter nos entreprises ; nous étions tellement excités par la perspective de nous lancer dans cette nouvelle aventure que nous n’avons pas pris la peine de laisser notre vie précédente derrière nous. Notre force a toujours résidé dans le fait que nous allions vivre quelque chose de si extraordinaire et unique que nous serions en mesure de collecter de belles expériences et de créer de beaux souvenirs en conséquence : nous étions (et sommes) convaincus qu’il est toujours temps de prendre du recul et de retourner à notre vie antérieure, avec un emploi et un appartement en ville. Nous voulions avant tout montrer à nos jeunes qu’il existe un choix, qu’il ne faut pas nécessairement choisir la voie imposée par les normes. Était-ce effrayant de choisir l’inconnu plutôt qu’un avenir plus stable ? Certainement. Cependant, la perspective d’un emploi permanent était personnellement plus effrayante que de prendre des risques et de vivre notre rêve. En bref… la vie est unique d’après ce que nous en savons !

Pourquoi avez-vous décidé de vivre sur un bateau ? Et depuis combien de temps cette expérience dure-t-elle ?

Nous vivons à bord de Gentilina depuis trois ans maintenant. Nous avons toujours été attirés par la voile : nos cœurs sont portés vers la mer et l’eau en général. Même lorsque nous vivions à Novara, dès qu’un jour libre se présentait, nous nous échappions pour passer une journée à la mer ou sur le petit voilier des parents de Fabio. Peu importe que ce soit l’été ou l’hiver, pour nous, ce sont de vrais moments de vie, malgré le froid et le brouillard de février. Entre-temps, nous avons suivi un cours d’apnée et nos semaines de vacances se passaient toujours dans des endroits en bord de mer. Nous avons toujours aimé nous immerger dans la nature, c’est pourquoi nos raids ont également eu lieu sous des tentes, dans les montagnes et en camping au bord de la rivière.

valeila sail relax Des moments de détente dans l’eau et sur terre.

Au départ, nous pensions que nous ne pouvions pas nous permettre d’acheter un voilier en raison d’un problème de budget – nous ne le cachons pas – et la première idée de Marina a donc été d’acheter un vieux van Westfalia. Après le refus catégorique de Fabio, nous avons dû trouver un moyen de l’acheter, et Gentilina s’est avérée être la maison idéale : vue constante sur la mer et possibilité constante de pouvoir se déplacer.

Comment votre vie a-t-elle changé depuis que vous avez commencé cette aventure ?

Tout a changé ! L’autre jour, je me disais qu’il serait difficile de revenir en arrière maintenant, surtout d’un point de vue émotionnel. Sur le plan pratique, toutes les priorités sont bouleversées : ce qui semblait nécessaire en ville devient futile sur un bateau. Notre garde-robe, par exemple, ne contient plus que très peu de vêtements, alors qu’avant je me souviens d’avoir couru aux magasins pour acheter de nouveaux vêtements pour diverses réunions… maintenant, si nous déchirons un T-shirt, nous le recousons, le nettoyons et il est prêt à partir. Sur le bateau, donc, nous sommes tous égaux ; il n’y a pas de clichés identificatoires imposés par les règles de la ville. Nos priorités sont la sécurité – et donc l’entretien constant de Gentilina -, l’observation des éléments naturels et l’état d’esprit de notre équipage. Nous avons la chance de pouvoir travailler à distance, ce qui ne signifie pas que nous travaillons moins, mais nous avons certainement la possibilité de pouvoir gérer notre temps en fonction de nos besoins et surtout de ceux des enfants. Nos journées sont très simples et nos possessions réduites au minimum : la qualité de vie s’est améliorée de façon spectaculaire ! Réaliser que vous n’avez besoin que de l’essentiel dans la vie vous permet de mieux profiter de votre temps.

Passons à l’aspect économique, comment faites-vous pour gagner votre vie en restant sur le bateau ?

Notre aventure a commencé par un projet de deux ans. Du jour au lendemain, nous avons lancé les dés et mis en vente notre appartement à Novara. Nous nous sommes dit que si le destin le voulait, nous aurions vendu la maison et donc acheté un bateau. Avec l’argent restant, nous aurions constitué le budget nécessaire pour vivre pendant deux ans autour de la Méditerranée. En bref, le destin a redistribué les cartes et nous avons réussi à vendre la maison en moins d’une semaine. Mais nous avons vite découvert que Gentilina pouvait être une maîtresse très “jalouse” et que notre budget n’était pas suffisant.

Liens vers Valeila Sail

Site web

YouTube

Facebook

Instagram

Nous travaillons sur notre blog et notre chaîne YouTube depuis le début. Nos chaînes ne génèrent pas d’argent, mais outre la possibilité de tenir à jour notre entourage familial (inquiet) et d’inspirer d’autres personnes à suivre notre voie, elles nous ont permis d’apprendre à rédiger des articles, à monter des vidéos et à travailler sur le référencement. Nous avons donc commencé à écrire des articles et à monter des vidéos de parcours et de conseils divers pour certaines sociétés nautiques. Fabio travaille pour Hi Nelson en tant que responsable du contenu, créant des vidéos sur l’entretien des bateaux, des conseils et la vie quotidienne sur le blog. Nous sommes définitivement fiers de ce travail, car il est une combinaison de tout ce que notre expérience sur Gentilina nous a permis d’apprendre. Marina, quant à elle, travaille dans le marketing et continue d’écrire sur le nautisme. Nos emplois nous permettent de vivre notre vie sur Gentilina et la mer en général… un rêve devenu réalité !

Quant aux aspects plus logistiques tels que l’école des enfants et le vétérinaire des chats, comment vous débrouillez-vous ?

En parlant de l’école, pour le moment nous avons adopté la méthode de l’enseignement à domicile. Nos enfants étudient avec nous et passent un examen en Italie à la fin de l’année. Vivre sur un bateau signifie aussi voyager beaucoup, donc rencontrer différents types de culture et entrer en contact avec différentes langues. Nous avons visité de nombreux sites archéologiques et villes que nous n’aurions pas pu explorer avant notre changement de cap. Vivre en contact étroit avec la nature permet d’apprendre à la connaître et à la préserver. En résumé, tout cela pour dire que nos enfants étudient aussi dans les livres, mais que les expériences qu’ils vivent leur donneront un large bagage culturel et qu’ils décideront ensuite eux-mêmes comment l’utiliser. Pour le reste de la logistique, nous nous arrangeons en fonction de l’endroit où nous nous trouvons : en Grèce, par exemple, il y a plus de chats que de personnes, donc il y a plein de vétérinaires ; nous venons de vacciner les chats directement dans la fosse de Gentilina.

Bateau Valeila La maison de Valeila Sail : un Beneteau Oceanis 430 de 1990.

Le centre de tout : le bateau. Nom et modèle ?

Gentilina est un Beneteau Oceanis 430 de 1990. C’est un bateau sûr, confortable et stable. Nous avons eu beaucoup de chance : nous n’avons eu à mettre en place que des panneaux solaires, de l’énergie éolienne et peu d’autres choses.

Quel est l’aspect de la voile auquel vous ne pourriez jamais renoncer ?

Nous pourrions en citer des milliers ! La possibilité de se déplacer à tout moment est certainement l’une des premières, mais vous pouvez ajouter la possibilité d’explorer des endroits qui ne peuvent être atteints que par la mer, les mouillages dans des criques désertes, le vent frais avant une navigation de nuit, etc. Les veilles de nuit, par exemple, sont pleines de sens. Vous vous retrouvez complètement seul avec la mer et le ciel plein d’étoiles, c’est un moment qui vous permet vraiment de penser à quel point nous sommes petits par rapport à l’univers et vous réalisez que le moment à vivre est là et seulement là.

Parlons de voyages et de destinations. Vous avez sûrement eu l’occasion de visiter des endroits de rêve avec des vues à couper le souffle. Pouvez-vous nous dire ce qui est le plus spectaculaire ?

Pour l’instant, nous avons visité presque toute la Grèce, qui est vraiment un paradis pour tout marin, la côte Adriatique italienne et Fabio a traversé l’Atlantique avec un ami. L’un des endroits les plus spectaculaires est l’île de Delos, bien que pas trop sûre. Elle est toujours une terre sacrée et était autrefois considérée comme le centre du monde ; les navires antiques arrivaient ici de toute la Méditerranée, les Égyptiens avaient même construit des monuments sur cette île pour s’attirer les faveurs des dieux. Lorsque nous avons vu les rochers saillants et les hauts-fonds dans le port, nous avons réalisé le courage des anciens pour atteindre ces endroits et partir vers des terres désolées.

Le plus beau port est certainement celui où nous avons passé l’hiver, le port de Mandraki, à l’intérieur de l’ancienne forteresse de Corfou ; Paxos offre également des paysages à couper le souffle, mais est à éviter en haute saison.

La voile est une expérience formidable, mais elle peut être dangereuse dans certaines situations. Pouvez-vous nous parler de l’expérience la plus dangereuse que vous ayez vécue à bord ? Peut-on naviguer en toute sécurité avec des enfants ?

Naviguer avec des enfants est toujours un danger, il faut être prudent ; cependant, avec la prudence nécessaire, c’est une expérience à vivre et une expérience qui apprend beaucoup aux jeunes. Nous avons vécu deux expériences périlleuses au cours de ces trois années. La première était une tempête soudaine dans le Golfe de Thessalonique. Nous naviguions avec un vent quasi nul et, derrière l’île d’Aegina, nous avons vu une inquiétante formation de nuages verticaux. Nous avons revérifié les prévisions météorologiques, qui n’indiquaient rien d’inquiétant, et nous avons donc poursuivi notre route, faisant demi-tour lorsque, toutefois, il était trop tard. Le vent atteignait 73 nœuds, nous ne pouvions pas voir le mât de Gentilina depuis le cockpit et les éclairs tombaient très près. Heureusement, tout s’est terminé par une grosse frayeur. Depuis ce jour, nous faisons confiance au ciel et racontons tout en détail sur notre chaîne YouTube.

voile de valeila Fabio se débat avec le radeau de sauvetage avant de partir pour la mer Égée.

Une autre expérience désagréable a été de se retrouver sans moteur la semaine de la mi-août au mouillage devant Navpaktos (Lépante) : nous avons dû attendre 10 jours que la pièce arrive sans pouvoir sortir du bateau de peur que l’ancre ne se brise ou que quelqu’un nous la prenne. En plus de cela, l’eau n’était pas la plus claire ou la plus invitante, et les gars ont repéré un petit requin en pêchant. Résultat : pas de baignade pendant 10 jours à 45 C°. Naviguer en famille comporte certainement des risques, c’est pourquoi nous sommes toujours très attentifs à la météo et à l’entretien du bateau et, si les conditions ne sont pas bonnes, nous ne naviguons pas. Parce que le meilleur marin profite de la tempête depuis le bar du port, non ?

Cependant, la navigation de plaisance ne comporte pas que des dangers. Racontez-nous une expérience amusante et drôle que vous avez vécue à bord.

Notre bête de somme ! Nous en avons beaucoup, mais l’échec épique le plus drôle s’est produit en Croatie, alors que nous ne vivions pas encore sur un bateau. Nous avons loué un petit bateau pour naviguer autour de l’île de Rab, célèbre pour ses plages naturistes. Nous avons jeté l’ancre sur cette belle plage et tous ont sauté, sauf Fabio qui finissait de fixer l’ancre ; quand son tour est enfin arrivé, il a fait un grand saut, mais son costume est resté collé au chandelier et est resté comme maman l’a fait. Au moins, on a fait rire toute la plage. Si vous voulez rire, nous avons une série de vidéos dédiées dans la playlist “Facebook Directs” sur notre chaîne YouTube.

Passons à une question plus pratique. Comment répartissez-vous les tâches à bord ?

Honnêtement, nous essayons d’être capables de nous remplacer les uns les autres, donc nous avons tendance à ne pas avoir de tâches fixes à bord. Cependant, même s’il est important d’être ambivalent, vous devez avoir des rôles précis en cas d’urgence ou de besoin. Dans ce cas, sur le bateau, il ne peut y avoir qu’une seule personne qui donne les ordres et prend les décisions, mais le reste de l’équipage doit également savoir comment se déplacer afin de s’exécuter bien et rapidement. Le capitaine est Fabio qui s’occupe de l’entretien technique du bateau, tandis que Marina s’occupe de l’organisation interne et externe et du nettoyage général. Au mouillage, Fabio est à la barre et Marina s’occupe de la chaîne et de l’ancre. En navigation, nous alternons entre la barre, les voiles et les virements de bord. Les garçons ont leurs propres tâches. Valerio est déjà en mesure d’aider aux quarts de barre de jour (pas seul), au mouillage il s’occupe des bateaux et des ailes voisines, et il est aussi chargé de la pêche. Leilani est chargée d’amarrer l’annexe, son travail consiste à sortir et à trouver un bon endroit pour fixer la ligne. Les garçons ont également d’autres tâches à accomplir, comme mettre et débarrasser la table, faire la vaisselle et garder leur chambre en ordre.

Les plans à court et à long terme de Valeila Sail ?

Pour le court terme, nous envisageons de rester en Méditerranée. Nous avons beaucoup de travail heureusement, donc les longues routes sont reportées pour le moment.

Et le voyage de rêve ?

Nous aimerions pouvoir y rester pour des itinéraires plus longs, en faisant l’expérience de l’océan à bord de Gentilina également. Une idée est d’aller en Égypte via le canal de Suez et de faire un tour dans le Pacifique… nous y travaillons.

valeila Marina apprécie un apéritif à bord de Gentilina.

Avec l’arrivée du Coronavirus, la vie de nombreuses personnes change radicalement, contraintes de rester enfermées chez elles en quarantaine. Comment vivez-vous cette pandémie sur le bateau ?

Je commence par une petite prémisse. Comme vous l’avez dit, la vie des gens change. Nous avons eu un avant-goût de ce qu’est la privation de la liberté de mouvement, et d’un côté nous l’avons aussi vécu, car nous ne sommes pas autorisés à quitter le port de toute façon. Mais ce changement brutal a aussi un côté positif : la nature a montré qu’elle pouvait se régénérer à court terme si nous lui donnions un coup de main, les familles se sont réunies et les gens en général ont redécouvert l’altruisme et la coopération. Concrètement, beaucoup ont expérimenté le smartworking et le homeschooling, des outils qui peuvent également être reproduits dans une vie urbaine et qui permettraient une gestion plus saine de son temps, modelée selon nos besoins. En bref, cette période pourrait mener à une réflexion générale – nous ne disons pas que tout le monde doit prendre des décisions radicales comme les nôtres – mais certainement que nous devrions essayer de regarder dans une autre direction et changer nos habitudes par petites étapes.

Pour en revenir à la question, nos vies n’ont pas été très perturbées par ce lockdown. Nous avons déjà l’habitude de ravitailler le bateau pendant de longues périodes, nous avons déjà l’habitude de travailler à domicile et de faire l’école à la maison. En plus de cela, nous sommes dans un endroit fabuleux : le port d’un château fermé au public, une sorte de musée. Nous avons notre propre petite plage et un jardin aussi grand que la forteresse entière. Nous sommes actuellement 19 personnes à la Mandrake, réparties sur 7 bateaux, et l’esprit de coopération des marins que nous avons trouvé chez pratiquement toutes les personnes qui vivent sur des bateaux ou qui pratiquent la navigation de plaisance en général ; nous sommes une petite communauté et nous nous soutenons mutuellement. Nous n’aurions pas pu trouver un meilleur endroit pour passer ce temps !

anniversaire de valeila Valerio fête son 11e anniversaire avec toute sa famille au port de Mandraki.

Question pour Valerio et Leilani. Salut ! Qu’est-ce que vous préférez dans la vie sur un bateau ? Et le pire dans tout ça ?

V : La chose la plus belle est de vivre au contact de la mer sous tous ses aspects. Ce qui est le plus laid, c’est certainement les petits espaces pendant l’hiver.

L : La plus belle chose est quand les dauphins viennent me saluer et quand, à la fin de la journée, le ciel devient rose et le soleil devient comme une pêche. Le plus laid, c’est quand j’ai le mal de mer de temps en temps.

Enfin, un conseil pour les lecteurs. Vous critiquez souvent des livres et des films sur vos chaînes. Pouvez-vous nous donner votre trio préféré pour le surf ?

Livres

VIta di Pi – Yann Martel

Bateau bleu – Hubertus Sprungala/Richard Radke

Le Guide du routard galactique – Douglas Adam

Film

La légende du pianiste sur l’océan – Giuseppe Tornatore

Mr. Nobody – Jaco Van Dormael

Savages en fuite – Taika Waititi

Musique

Golden Brown – Stranglers

Every Other Freckle – alt-J

Radio mexicaine – Mur du vaudou

Plus d’informations sur : Livres sur la mer – 1ère partie

Related articles : Le “Barco Amarillo”, la famille qui vit sur un bateau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.