Les bateaux les plus étranges du monde

Le monde nautique ne reste pas indifférent aux recherches, études, designs et modes. Dans cet article, nous passons en revue les bateaux de travail les plus étranges du monde, des navires aux allures extravagantes qui rompent avec la tradition pour battre des records, faire de la recherche et réduire la pollution environnementale.

Ady Gil

Le premier bateau de notre classement est le trimaran futuriste Ady Gil, lancé sous le nom d’Earthrace en 2006. Conçu dans le but ambitieux de faire le tour du monde avec un faible impact sur l’environnement (moteurs alimentés au biodiesel), il a été acheté en 2009 par l’organisation environnementale à but non lucratif Sea Sheperd, rebaptisé Ady Gil et utilisé pour des opérations perturbatrices contre la flotte baleinière japonaise ; au cours de l’une de ces opérations, le 7 janvier 2010, l’Ady Gil a coulé à la suite d’une collision avec le baleinier japonais Shōnan Maru 2.

Long de 24 mètres, l’Ady Gil est entièrement construit en fibre de carbone et en Kevlar, et la peinture utilisée est écologique et non toxique. Son design aérodynamique lui permet d’atteindre facilement 40 nœuds et de naviguer sans escale jusqu’à 3 700 kilomètres ; son système hydraulique est conçu pour pénétrer dans les vagues et plonger dans des eaux d’une profondeur de 7 mètres pour faire face aux tempêtes et aux conditions météorologiques défavorables.

earthrace - ady gil Ady Gil. Photo : Live Yachting y Cosas Únicas.

Muffin cosmique

Dans le monde des bateaux, il existe de nombreux exemples d’embarcations recyclées et adaptées, mais la quintessence de cette pratique est certainement le Cosmic Muffin. Ce bateau est le résultat d’une série de manœuvres effectuées sur un Boeing B-307 déclaré non fiable en 1969. Le pilote Kenneth W. London l’a sauvé de la décharge de Fort Lauderdale et a passé les quatre années suivantes à le transformer en bateau-maison pour tenter un tour du monde, projet annulé par le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Actuellement situé dans le port de Fort Lauderdale en Floride, c’est le seul bateau au monde dérivé d’un avion. Il appartient à David Dimmer, qui le met à la disposition de sa société (Planetboats) pour le louer à quiconque souhaite naviguer à bord d’un bateau aux formes uniques. Le Cosmic Muffin est piloté depuis la cabine principale à l’aide des commandes de vol d’origine et offre un grand espace et de nombreuses commodités ; il possède également une coque entièrement rénovée, un intérieur modernisé, de nouveaux moteurs et un cockpit restauré.

Muffin cosmique Cosmic Muffin. Photo : Planeboats.com.

Capsule à jet

La Jet Capsule est le fruit d’un projet lancé en 2008 par l’inventivité du designer de Viterbo Pierpaolo Lazzarini : il s’agit d’un yacht miniature en fibre de verre et en fibre de carbone, conçu également pour un usage de loisirs, même si sa fonction principale reste celle d’une annexe pour les mégayachts, d’un véhicule de sauvetage ou d’un taxiboat (pour un maximum de 9 places) pour les zones accidentées où les voies de communication maritimes sont plus rapides que celles sur terre.

Ce petit bateau offre en seulement 7,5 mètres de longueur du verre photochromique, des panneaux photovoltaïques, des moteurs de 640 chevaux et un système de propulsion hydrojet de pointe alliant style et solutions technologiques d’avant-garde. Ceux qui souhaitent une version habitable pourront choisir parmi une variété de conforts et d’accessoires : des portes automatisées à une cuisine compacte, en passant par des salles de bain, des canapés convertibles et des sundecks extérieurs.

capsules de jet Capsule de jet. Photo : jetcapsule.co.uk.

Wam-V Proteus

Catamaran, motonautisme, jet ski : il est difficile de placer le Wam-V Proteus dans une catégorie précise. Mis au point par l’ingénieur italien Ugo Conti pour Marine Advanced Robotics, le “navire-araignée” possède quatre “jambes” reliant la superstructure aux stabilisateurs mais, contrairement à un catamaran traditionnel, la superstructure n’est pas fixée de manière rigide aux deux coques. Plusieurs amortisseurs en titane sont utilisés pour se déplacer en s’adaptant aux vagues de la mer, plutôt que de les traverser, afin de se déplacer plus rapidement tout en consommant moins de carburant.

Le pont, la cale et la couchette pour quatre personnes sont situés dans la cabine suspendue aux quatre pieds, qui peut être abaissée au niveau de la mer et naviguer seule : cette disposition permet d’ancrer la partie avant en pleine mer, tout en permettant d’amarrer la cabine dans une marina. Avec 30 mètres de long et une vitesse maximale de 30 nœuds, il peut parcourir 8 000 kilomètres avec 9 100 litres de diesel. Proteus est capable de lancer et de récupérer des véhicules habités et non habités et sera utilisé à des fins militaires, d’études biologiques, d’exploration des océans et de sauvetage en mer.

proteus Wam-V Proteus. Photo : newatlas.com.

Bottsand Y 1634

Le Bottsand Y 1643 est un navire spécialement créé pour recueillir les déversements de pétrole en mer dans le nord de l’Allemagne. Connu sous le nom de “navire charnière” en raison de la forme qu’il prend lorsqu’il est en pleine activité, ses deux coques s’ouvrant pour former un angle de 90 degrés, il peut nettoyer et récupérer jusqu’à 140 mètres cubes d’eau contaminée.

Il a été construit en 1987 dans la catégorie des “navires de récupération de pétrole”. Il mesure 43 mètres de long et pèse 650 tonnes. Lorsque les coques se rejoignent, il peut naviguer à une vitesse de 10 nœuds et, lorsqu’il se trouve dans une zone contaminée, il s’ouvre en deux, les coques formant un angle de 65 degrés pour collecter les déchets. Chacune de ses coques peut être manœuvrée par six techniciens et son stockage peut atteindre 790 mètres cubes. Le navire appartient à la marine allemande, mais l’équipage technique est de nature civile.

bottsand y 643 Bottsand Y 1643. Photo : Ugly Ships.

RP Flip

Lorsque l’on voit le RP Flip (acronyme de Floating Instrument Platform), réalisé en juin 1962 par Gunderson Brother Engineering, en action, la première impression est qu’il coule. Ce navire est utilisé pour effectuer des relevés dans l’océan (hauteur des vagues, collecte de données météorologiques et mesure de la température et de la densité de l’eau). Pour ce faire, il effectue une spectaculaire rotation de 90 degrés qui lui permet de se redresser et de tenir debout grâce à un lest. À la fin de ce processus, seuls 20 mètres de la proue restent à la surface, tandis que plus de 100 mètres du bateau se retrouvent sous le niveau de la mer.

Le Flip prend environ 28 minutes pour effectuer cette opération, pendant laquelle des parties du navire telles que les lits et les salles de bain tournent sur différentes charnières pour être utilisables dans la nouvelle configuration ; chaque pièce du bateau contient deux portes, l’une à utiliser en navigation et l’autre à utiliser en position verticale. D’une autonomie de 30 jours, il peut accueillir jusqu’à 5 membres d’équipage et 11 chercheurs à bord et doit être remorqué : pour éviter toute interférence avec les instruments acoustiques, le navire n’est pas équipé de ses propres moteurs. La configuration que nous pouvons voir est le résultat d’un réaménagement effectué en 1995 pour un coût total de deux millions de dollars et peut être vue en action sur la côte ouest des États-Unis.

Rp Flip RP Flip. Photo : dailymail.co.uk et stsworld.com.

Turanor PlanetSolar

Le bateau le plus écologique de notre classement s’appelle Turanor PlanetSolar. C’est un catamaran de 31 mètres qui navigue uniquement grâce à l’énergie solaire recueillie par des panneaux solaires placés sur le pont. En septembre 2010, il a entamé et achevé un tour du monde de 584 jours depuis Monaco, établissant le record de la plus rapide traversée de l’océan Atlantique par un bateau solaire (26 jours et 34 minutes) et la plus longue distance jamais parcourue par un véhicule solaire (9904 miles nautiques).

Créé en 2010 au chantier naval de Kiel, en Allemagne, par l’éco-explorateur Raphael Domjan pour faire face à la fonte progressive des glaciers, son nom (Tûranor) est tiré du roman de J.R.R. Tolkien “Le Seigneur des Anneaux” et se traduit par “la puissance du soleil”. 500 mètres carrés de panneaux solaires recouvrent l’ensemble du bateau et sont à leur tour reliés à l’un des deux moteurs électriques situés dans chacune des deux coques. Les matériaux utilisés pour la construction sont également composites : fibre de carbone avec panneaux sandwichs en nid d’abeille de différentes densités selon le type de structure (coque, jambe de force, etc.). La coque peut accueillir 200 personnes, peut naviguer de jour comme de nuit grâce à des batteries intégrées aux coques qui stockent l’énergie provenant des panneaux solaires, et atteint une vitesse maximale de 14 nœuds, tout en restant autonome pendant 14 jours. Étant donné sa dépendance totale à l’égard de l’irradiation solaire, une équipe de météorologues fournit en permanence des données pour une navigation optimale. L’optimisation entre les données météorologiques et l’itinéraire est assurée par un logiciel de routage spécial, qui examine également le niveau de charge des batteries et le niveau d’irradiation.

turanor Turanor Planète Solaire. Photo : Mike Shouts y Taringa.

Hydroptere

Le nom de cet hydroptère expérimental à foils vient du grec, combinant deux mots – hydros (eau) et ptère (aile) – qui décrivent parfaitement sa capacité à “voler” sur l’eau. Les deux “ailes” qui sortent de sous les coques permettent à l’Hydroptere de s’élever complètement hors de l’eau et d’atteindre des vitesses impressionnantes grâce à la réduction drastique de la friction avec l’eau. En vol, seuls 2,5 m2 sont en contact avec l’eau et supportent les 7,5 tonnes restantes du bateau, lui permettant d’atteindre deux fois la vitesse du vent.

Conçue, dessinée et actuellement pilotée par Alain Thebault, l’idée originale est due au navigateur Eric Tabarly, tandis que la conception est signée VPLP Design et réalisée par un groupe d’entreprises françaises de haute technologie. Le 5 octobre 2008, il a atteint la vitesse record de 52,86 nœuds (97,90 km/h), mais cela n’a pas suffi car la vitesse a été enregistrée sur une distance inférieure aux 500 mètres requis pour obtenir un record du monde. En 2016, elle est restée sans propriétaire, avant d’être rachetée pour 8 500 € en juin 2019 par les marins Chris Welsh et Gabriel Terrase dans le but de la faire voler à nouveau sur l’eau.

hydroptere Hydroptere. Photos : eneasmagazine.com et expansion.com.

Plus d’informations sur :

Le plus grand bateau du monde

Les yachts les plus chers du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.