Hivernage du bateau

L’hivernage d’un bateau est une pratique indispensable qui ne doit pas être sous-estimée. Voici des conseils pour effectuer cette opération en toute sécurité et stocker votre bateau en toute sérénité.

  • Dans la pratique de l’hivernage et du gardiennage, il est essentiel de prendre soin des différents composants de notre bateau, du moteur aux espaces intérieurs et extérieurs, pour s’assurer que notre bateau reste en bon état pendant la saison froide.
  • Il s’agit d’une opération qui doit être planifiée avec soin et sans précipitation : plus de prévention permet d’éviter des coûts et des maux de tête pour la saison suivante.

Un hivernage correct concerne le moteur et les espaces intérieurs et extérieurs du bateau.

Les étapes à suivre pour un hivernage correct :

Extérieur et coque

Intérieur

Aciérie

Moteur

Batteries, bouteilles et réservoirs

Hélice

Voiles

Couverture

Stockage

Avec la fin de la saison de navigation, de nombreux plaisanciers choisissent d’attendre le retour des beaux jours pour naviguer. Si nous voulons nous protéger des dommages et des dépenses au printemps, l’hivernage est certainement une pratique à ne pas sous-estimer.

Mais, en quoi consiste l’hivernage ?

Lorsque nous parlons d’hivernage du bateau, nous faisons référence à une série d’opérations de contrôle et de nettoyage à effectuer avant l’hivernage proprement dit, c’est-à-dire avant de sortir votre bateau de la mer. Une manipulation correcte du bateau nous permettra d’avoir le bateau à nouveau disponible à 100% au retour de la saison chaude.

Extérieur et coque

Tout d’abord, il faudra s’équiper d’éponges et de balais pour nettoyer l’extérieur du bateau ; l’utilisation d’un nettoyeur à haute pression peut également être d’une grande aide, car la pression de l’eau enlèvera ce qui reste de la peinture. peinture antisalissure qui doit être réappliqué avant le lancement au printemps. Une fois que la coque a été nettoyée, il sera beaucoup plus facile de détecter toute dommages et les domaines nécessitant une intervention. Avant d’utiliser un produit sur l’extérieur de la coque, il est bon de vérifier ses paramètres d’utilisation et de sécurité : il existe différents kits et résines adaptés à des surfaces telles que la fibre de verre ou le bois.

nettoyage de la coque L’utilisation d’un nettoyeur haute pression pour nettoyer l’extérieur du bateau permettra d’éliminer plus rapidement le sel, le calcaire et les peintures antisalissures obsolètes.

Intérieur

Une fois l’extérieur nettoyé, il faut passer au nettoyage de l’intérieur. En utilisant des détergents et des produits de polissage appropriés, nous devons nettoyer en profondeur planchers, coussins, panneau de commande et ainsi de suite. Dans un premier temps, un nettoyage à l’eau douce est recommandé, suivi d’éléments plus techniques tels que la nettoyage du teck marin il est donc conseillé de se laver à l’eau salée. Dans le cas du teck, les taches causées par les huiles et les graisses peuvent être nettoyées avec un détachant pour tissu ou du talc, ainsi qu’avec un chiffon légèrement rugueux, et l’utilisation d’huiles protectrices est recommandée pour garantir le maintien de la couleur et de l’élégance. Les toilettes, si elles existent, doivent également être nettoyées et détartrées avec du vinaigre et du désinfectant. Comme pour les autres intérieurs, vous pouvez faire couler de l’eau douce dans un premier temps, puis vider le tout et y jeter de l’huile blanche afin de protéger la surface de tout parasite, ainsi que de garder les membranes souples. L’intérieur doit également être scellé pour éviter la prolifération des souris sous le pont : tout trou peut être une entrée potentielle, il faut donc veiller à boucher tous les trous, en se concentrant sur le trou de la chaîne, et appliquer un filet de fer dans les positions les plus gênantes et difficiles d’accès.

Aciérie

L’acier n’est pas éternel ; au contraire, la rouille est toujours présente sur les bateaux en raison du contact permanent avec l’eau. Avant de les ranger, il est bon de consacrer du temps et de l’attention aux différents articles en acier nautique : remplacer les éléments compromis et enlever les taches de l’acier. rouille étendu avec des chiffons abrasifs spéciaux, puis passer des produits de polissage. On pense qu’il est préférable d’effectuer cette opération peu de temps avant le lancement, mais l’anticiper est le choix le plus approprié : au printemps, en effet, on peut effectuer un nettoyage plus superficiel après en avoir fait un complet pendant l’hivernage.

Moteur

Un aspect fondamental de l’hivernage d’un bateau est certainement l’entretien du moteur, une période de le plus grand soin apporté au cœur du bateau.

En prenant soin du moteur avant son stockage, vous vous assurez de meilleures performances au printemps et d’une plus longue durée de vie.

Il faut tout d’abord vider le réservoir en enlevant le carburant restant, puis remplacer le filtre de la valve : il suffit de fermer les valves pour éviter la condensation et sceller l’échappement avec du ruban adhésif, et n’oubliez pas de changer le filtre à carburant au printemps. Il faut ensuite brûler l’excédent de carburant en retirant le pare-étincelles et en effectuant deux cycles d’huile. brumisation dans le carburateur, puis nettoyez le moteur avec un chiffon imbibé d’huile.

Quant à l’entretien extérieur et intérieur, il faudra éliminer les incrustations de sel ou de calcaire en utilisant de l’eau douce et une brosse qui ne raye pas la peinture. À ce stade du nettoyage, nous pouvons également vérifier l’état des anodes en zinc et les remplacer si elles sont très usées. Nous passerons ensuite à la recirculation avec de l’eau douce, un processus qui nécessite une approche différente pour les moteurs. à l’intérieur e hors-bord. Pour l’hivernage des moteurs inboard, la recirculation doit être effectuée en utilisant directement le filtre d’admission d’eau en faisant circuler de l’eau douce avec de l’antigel. Pour les moteurs hors-bord, la recirculation doit être effectuée en utilisant des bouchons de lavage spéciaux. Une demi-heure sera amplement suffisante pour que tous les dépôts de sel restant à l’intérieur du moteur soient libérés des artères. Parfois, vous êtes confrontés à des dépôts de calcaire qui bouchent dangereusement les conduits : dans ce cas, vous devez utiliser des produits spéciaux (si vous n’en avez pas à disposition, vous pouvez essayer le vinaigre).

Une fois que les tuyaux du hors-bord ont été libérés, vous pouvez faire tourner le moteur pendant deux minutes avec le pied immergé dans un récipient d’eau douce et liquide antigel (ou de la vaseline) pour rendre les tuyaux plus résistants à l’oxydation. Lorsque vous aurez terminé l’entretien et le nettoyage du moteur, vous devrez retirer toute l’huile usagée et la remplacer, en prenant soin, selon le modèle, d’assurer une lubrification parfaite lorsque le bateau est à l’arrêt.

antigel Pendant l’hivernage, le liquide antigel empêche la formation de blocs de glace et rend les tuyaux plus résistants à l’oxydation.

Batteries, bouteilles et réservoirs

Pour éviter que les batteries ne se déchargent, il est bon de déconnecter les contacts et de les laisser si possible en charge légère. L’idéal est de les connecter à un panneau solaire pour ne pas gaspiller l’énergie, mais on peut aussi utiliser des panneaux normaux atténués par un régulateur. La batterie doit être stockée dans un endroit sec et sec. Il est très important de déconnecter les bouteilles de gaz et de fermer toutes les prises d’air vers la mer.

Les réservoirs doivent être vidés de leur eau pour éviter que les algues et les micro-organismes ne prolifèrent dans le liquide stagnant ; avant de les vider, on peut également verser du vinaigre pour réduire la formation de calcaire, puis les stériliser avec de l’eau et de l’amuchon. Une fois ces opérations terminées, le réservoir doit être rempli à ras bord afin d’éviter la présence d’air pour les moteurs dieselLe carburant diesel protège la paroi métallique interne en empêchant la corrosion. Inversement, pour moteurs à essence il est recommandé de laisser très peu de carburant dans le réservoir.

Hélice

L’hélice est un élément important du bateau et mérite une attention particulière pendant l’hivernage. Les lames doivent être décapées, débarrassées des résidus de sel ainsi que des résidus d’algues ou de calcaire, et doivent être soigneusement vérifiés un par un de chaque côté. Une fois les lames démontées, vous pouvez en profiter pour vérifier leur état et, s’il y a des bosses, les remplacer. Avant de remonter l’hélice, il est conseillé de lubrifier les striations de l’arbre avec une huile spécifique.

hivernage des hélices Pour garantir le bon fonctionnement de l’hélice, il faut la nettoyer soigneusement des deux côtés et appliquer des produits spécifiques pour éviter l’excès d’algues et de sel.

Voiles

Lors de l’hivernage des voiliers, nous devons accorder une attention particulière à l’entretien des voiles et de leurs structures. Il faut vérifier l’absence de petites déchirures ou d’éraflures dans les coutures ainsi que l’absence de coupures dans le tissu lors du pliage des voiles. Une attention particulière doit être accordée à les zones de frottement accru et la tension tels que l’angle de drisse, l’angle d’amure, l’angle d’écoute et l’angle de mise en drapeau. Après avoir vérifié les voiles, nous pouvons procéder à leur pliage avec soin et les garder au sec sans oublier de lubrifier soigneusement toutes les parties mobiles du mât.

Couverture

Comme dernière opération avant le stockage, il ne reste plus qu’à couvrir notre bateau. Il existe des bâches de différentes épaisseurs et tailles, pour l’intérieur et l’extérieur : les bâches d’extérieur sont beaucoup plus robustes et protègent le bateau des intempéries, et sont idéales pour les bateaux sur le quai ainsi que pour ceux amarrés derrière la maison, également pour dissuader d’éventuelles personnes mal intentionnées. Les couvertures intérieures, de plus en plus populaires ces derniers temps, sont équipées d’élastiques adaptables pour couvrir toute la surface et protéger le bateau de la poussière et des insectes et animaux qui y cherchent refuge.

Stockage

L’étape suivante consiste à trouver l’endroit où notre bateau reposera pendant tout l’hiver. Une fois cette série d’entretiens et de contrôles terminée, nous pouvons passer au stockage définitif du bateau ; il en existe deux types : dans l’eau et à sec. Le stockage dans l’eau est pratique pour ceux qui vivent près de la mer et qui ont l’intention et la possibilité de naviguer plus ou moins régulièrement, même en hiver. Ce choix n’élimine pas la nécessité de laTractionqui doit en tout état de cause être effectuée au moins une fois par an. En revanche, le fait de tirer le bateau à terre apporte une plus grande commodité lors des opérations de nettoyage et d’entretien, offre une plus grande sécurité face aux intempéries, aux tempêtes et aux vols éventuels à quai et, surtout, permet au bateau de bénéficier des avantages suivants osmose et humidité significativement réduit par rapport au stockage dans l’eau. Bien sûr, l’un des inconvénients est de ne pas disposer du bateau pour les sorties d’automne, mais si nous avons déjà décidé de ne pas l’utiliser pendant les mois froids, ce ne sera pas un problème.

Disposer d’un poste d’amarrage pendant une période aussi longue, que ce soit à sec ou dans l’eau, peut s’avérer particulièrement coûteux. La meilleure solution consiste donc à choisir chantiers navals ou courtiers qui peuvent accueillir le bateau dans leur propre hangar à bateaux, un service largement utilisé en Italie avec des chantiers tels que Bellini (lac Iseo), Imperia Yacht Service (Imperia), Base Nautica Flavio Gioia (Gaeta), Rimini Service (Rimini), Sudcantieri (Pozzuoli) et Ogliastra Yacht Service (Tortolì).

Au chantier naval Bellini Nautica, on peut choisir entre différentes formules d’entreposage des bateaux, de l’annuel au mensuel, en passant par l’entreposage saisonnier ou hivernal.

Les opérations d’hivernage et de stockage ne doivent donc pas être sous-estimées et nécessitent du temps et de l’organisation. Cependant, ces opérations, en plus d’assurer une bateau en parfait état au printemps et pour éviter des dépenses incommodes et inutiles, nous permet de nous familiariser davantage avec notre bateau, ses accessoires et les éléments d’entretien ; nous saurons beaucoup mieux à quoi servent les sprays et les produits, nous saurons comment nettoyer à fond l’acier et le bois, et combien peut peser une voile démontée et pliée.

Pour plus d’informations sur l’entretien : Entretien des bateaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.