Guide d’amarrage

L’amarrage est une pratique à laquelle nous devons faire face dès le premier jour où nous prenons possession du bateau, souvent celle qui inquiète le plus les nouveaux venus, mais que nous apprenons rapidement à réaliser avec sérénité malgré les différentes variables à évaluer. Voici un guide pratique de l’amarrage, pour tout savoir sur cette manœuvre.

Qu’est-ce qui fait que la manœuvre d’amarrage est différente à chaque fois, même si elle est effectuée dans le même poste d’amarrage ou à la même bouée ? Les variables sont principalement le vent, l’état de la mer et les éventuels remous dans le port, les conditions de chargement du bateau et aussi l’approche de l’équipage en matière d’amarrage, surtout à la fin d’une journée de détente en mer.

Il existe ensuite des constantes qui, si elles sont correctement gardées à l’esprit, permettront de faire face à toutes les variables de la meilleure façon possible. La première consiste à bien connaître son bateau, à savoir comment il manœuvre en avant et en arrière, s’il est sensible aux vents de travers et s’il est équipé d’hélices de manœuvre. Il s’agit ensuite de connaître le point d’amarrage ou du moins d’obtenir le plus d’informations possible à son sujet, qu’il se trouve dans un port, une rade ou un champ de bouées. Cela permet de savoir à quoi ressemble le fond marin, de connaître sa nature, son exposition au vent ; et encore, de savoir combien de bateaux seront présents et quel type d’amarrage peut être réalisé. Il est donc essentiel de bien connaître le bateau et le lieu d’amarrage.

Une fois ces informations recueillies, le bateau doit être organisé pour faire face à la manœuvre, il faudra donc préparer les ailes, les cordages nécessaires plus un ou deux à tenir prêts pour servir de ressort. Si nécessaire, préparez également le guindeau en le libérant de la sécurité et en vous assurant que la chaîne n’est pas obstruée dans son puits, vérifiez l’embrayage du barbotin pour vous assurer qu’il ne s’est pas desserré pendant la navigation avec le risque de ne pas pouvoir freiner la descente de la chaîne. Il est essentiel de tout préparer et de tout dégager, en commençant par les lignes, puis de s’assurer qu’il y a un marin à portée de main pour récupérer une bouée, un corps mort ou une ligne lancée depuis le rivage, et ensuite procéder à l’approche du point d’amarrage ou de mouillage.

amarrage Lors de l’amarrage, il est essentiel de connaître la zone d’amarrage et ses principales caractéristiques : type de fond marin, force du vent et conditions météorologiques dans la zone.

Ce sont les directives de base en matière d’amarrage qu’il faut toujours suivre avant de s’approcher d’un poste d’amarrage, car arriver à proximité d’un quai, d’une bouée ou d’une bouée non préparés peut être la source de nombreux problèmes. De plus, le fait que tout soit clair et prêt sur le pont contribue à un autre ingrédient fondamental de cette manœuvre : le calme. Perdre son sang-froid pendant la manœuvre signifie perdre le contrôle de ce que l’on va faire, c’est pourquoi la première suggestion est toujours de s’approcher de l’amarre calmement, au ralenti, mais en s’assurant de garder le contrôle. Donner un coup d’avant ou d’arrière pour corriger la trajectoire, ralentir le mouvement, pousser la poupe d’un côté sont des opérations normales, mais effectuer un enfoncement de l’accélérateur ne l’est pas : cela signifie que nous sommes dans une situation d’urgence ou que nous avons réagi de manière disproportionnée.

Cela dit, quel que soit l’amarrage, les actions fondamentales sont de recueillir le plus d’informations possible sur son emplacement et ses caractéristiques, de connaître parfaitement le bateau et son comportement lors des manœuvres, d’avoir tout préparé et d’être clair sur le pont afin de pouvoir le manipuler au mieux, énumérons maintenant les différents types d’amarrage possibles.

Commençons par la définition de l’amarrage, qui, en un mot, consiste à fixer son bateau à un point sur la terre ferme. Savoir où exactement est essentiel, mais pas seulement, car il faut aussi se demander combien de temps notre bateau restera amarré à cet endroit et dans quelles conditions. Cela permet de créer un amarrage qui sécurise notre bateau même si les conditions météorologiques changent à cet endroit. Si nous prévoyons de rester à un endroit particulier pendant quelques heures seulement, un bulletin météorologique du jour suffira, mais si nous prévoyons de laisser notre bateau dans ces conditions d’amarrage pendant des jours, des semaines, voire des mois, il faudra réfléchir à l’amarrage en se basant également sur les statistiques météorologiques de la région.

Commençons par la condition d’amarrage la plus courante : celle à l’intérieur des ports. Dans ce cas, nous pouvons profiter de la présence de corps morts (caténaires et masses qui fixent le bateau au fond) en les utilisant comme point de ramassage avant ou arrière selon la façon dont nous décidons de nous amarrer. En plus de cela, nous disposons de bornes à terre, qui nous permettent de sécuriser notre bateau en divers points en réalisant des amarrages qui garantissent la sécurité même en cas de conditions météorologiques défavorables ; en outre, de nombreuses marinas disposent de quais équipés de protections souples qui évitent tout dommage si nous arrivons un peu longtemps avec les ailes du bateau. Habituellement, les marinas mettent à disposition du personnel à terre prêt à prendre les lignes à l’approche puis à hisser le bollard à terre ; ce sont les mêmes personnes qui passent souvent le remorquage, l’élément qui permet l’amarrage sur le corps mort.

L’amarrage au port, ou plutôt la manœuvre d’amarrage au port, commence avant d’entrer dans le port, lorsque nous préparons le bateau et prévenons de notre entrée avec la VHF, puis nous devons avoir les ailes en place avec la prépondérance sur l’un des deux côtés si nous prévoyons d’avoir un autre bateau ou un quai seulement sur un côté et les lignes en ordre. À ce stade, nous devons savoir comment notre poste d’amarrage est exposé, car en fonction des conditions météorologiques, nous pouvons également décider qu’il est plus pratique de s’amarrer à l’avant plutôt que de manœuvrer à l’arrière, par exemple avec un voilier doté d’un seul moteur et d’une hélice généralement inefficace en marche arrière. Comme nous l’avons déjà mentionné, nous devons tenir compte de l’espace disponible, du vent et de son impact sur notre poste d’amarrage : s’il vient du côté, nous devons en tenir compte, mais aussi s’il est dans l’axe de notre poste d’amarrage, car lorsque nous nous retournons pour faire entrer la poupe dans le quai, il contribuera inévitablement à nous faire dériver.

Toutes ces manœuvres doivent être effectuées avec un mouvement lent mais avec la flottabilité nécessaire pour obtenir le contrôle de l’embarcation, sachant qu’un bateau avec deux moteurs et un propulseur d’étrave pourra évidemment manœuvrer sans trop de difficulté. Les bateaux qui, par nature, manœuvrent moins bien, comme les monomoteurs et les bateaux un peu lourds, peuvent être “aidés” par des amarres : des amarres sont lancées dans le quai et utilisées, avec un treuil ou à la main selon le poids du bateau et le vent, pour aider à entrer dans le poste d’amarrage ou à s’approcher du quai si vous choisissez d’amarrer à l’anglaise (avec le grand côté sur le quai). Ces lignes sont également utilisées pour éviter la dérive latérale à l’approche lorsque le vent est très fort et peuvent ensuite, en fin de mouillage, servir de ressort.

Le ressort est une manœuvre qui s’ajoute aux lignes de poupe et de proue et qui a pour double fonction de limiter le déplacement latéral de la coque au mouillage dû au vent et au ressac et de fournir un appui aux lignes de poupe ou de proue soumises au travail en cisaillement. En pratique, ils contribuent largement à maintenir le bateau dans la position souhaitée en absorbant une partie de la charge à laquelle sont soumises les lignes de poupe et de proue. Ils peuvent être placés d’un bollard de rive à l’arrière jusqu’au bollard central à bord, ou d’un bollard de rive à l’avant jusqu’au bollard arrière à bord, cela dépend du niveau d’expérience. Les amarres croisées sont également utilisées à la poupe, lorsque les conditions de vent sont telles que les amarres normales ont besoin d’être soutenues, les amarres de poupe sont doublées en les croisant, limitant ainsi la dérive latérale due à l’action du vent, qui tend à maintenir la ligne sous le vent et la ligne au vent en tension excessive.

nouage La manœuvre d’amarrage commence lorsque nous nous approchons avec le bateau et prévenons de notre entrée dans la marina ; tout doit être préparé pour éviter les mésaventures et ne pas paniquer.

Supposons maintenant que nous abordons le poste d’amarrage par la poupe. A terre, nous avons une personne qui nous aidera à récupérer la poupe et, surtout, qui captera notre première amarre, qui sera toujours celle sous le vent. Il faut ensuite passer la ligne sous le vent et, après avoir fixé les bollards aux deux lignes, prendre la poupe et la fixer à la proue. A ce stade, nous sommes arrêtés au quai : ce n’est que maintenant que nous pouvons éteindre le moteur, lorsque nous sommes certains de ne plus avoir besoin de son action pour éviter une approche involontaire du quai. Ensuite, nous jetons un coup d’œil aux prévisions pour le lendemain si nous avons l’intention de reprendre la mer, nous ajustons nos amarres, nous rinçons tout et nous pouvons dormir sur nos deux oreilles.

Après avoir choisi votre ancre en fonction des caractéristiques de votre bateau et des zones que vous fréquentez le plus, ainsi que les équipements de bord tels que les bollards et les guindeaux, il est temps de préparer le mouillage.

En ce qui concerne le choix de la chaîne, elle doit être dimensionnée de manière à répondre aux exigences mécaniques auxquelles elle est soumise. Une fois encore, le poids du bateau, sa longueur et l’endroit où elle sera appelée à fonctionner sur notre treuil d’ancre seront des facteurs décisifs. On utilise également des connexions mixtes chaîne-câble, une solution qui confie aux qualités d’élasticité typiques des câbles en nylon la fonction d’amortir les éventuelles déchirures, mais qui, pour un usage intensif, comporte le risque d’une rupture par frottement.

Considérons une ligne à chaîne seule, sachant qu’elle peut aussi être rendue mixte. L’avantage de la chaîne est qu’elle est moins sensible aux courants, même forts, et qu’elle facilite la descente de l’ancre grâce à son poids. Il en existe différents types sur le marché, des anti-tangle marqués G3 sur chaque maillon aux BBB réalisés avec des maillons plus petits et un matériau très résistant, en passant par les Hi-Test, qui sont solides et assez légers. Le marché offre également beaucoup de choix dans ce domaine où l’on pense simplement qu’une chaîne n’est qu’une chaîne, mais en réalité ce n’est pas le cas.

Pour en revenir à l’ancrage, nous vous présentons maintenant un cas pratique avec des complications et des conseils pour les résoudre.

Choix de la zone

Comme nous l’avons vu, nous devons tout d’abord choisir la zone où nous jetterons l’ancre pour profiter d’un peu de détente lorsque le bateau est à l’arrêt, en prenant soin de chercher une zone avec un fond plat adapté au type d’ancre que nous avons à bord, comme un fond sans végétation. Nous évitons les zones à fort courant ou les endroits trop exposés, et nous évaluons soigneusement l’abri offert par le littoral en fonction des conditions météorologiques actuelles et prévues pour la période de notre arrêt.

Montée et chaîne

À ce stade, nous remontons au vent environ 7 fois le fond par rapport à la position où nous voulons nous arrêter et nous donnons le fond en laissant l’ancre tomber pendant que nous sommes immobiles. Si le vent est faible lorsque l’ancre a atteint le fond, nous pouvons lui donner un coup de fouet pour lui permettre de s’accrocher au fond ; nous donnons ensuite la chaîne pour environ 3x ( ?) et attendons que le bateau soit au vent. Nous continuons à donner la chaîne lentement pour un minimum de 6x. Pendant cette opération, nous nous assurons que le bateau ne continue pas à dériver dans le vent et, si notre ancre ne laboure pas, nous éteignons les machines et nous nous déplaçons vers la proue.

Contrôle de position

Lorsque nous sommes certains que l’ancre n’a pas avancé tout en gardant une prise ferme sur le fond, nous devons vérifier les points de référence sur le terrain et les noter, car leur positionnement relatif nous dira si nous allons labourer ou non dans les prochaines heures ; pour ce faire, nous pouvons utiliser le compas de référence en notant l’heure, le vent et la position et en les enregistrant sur le traceur de cartes ou sur papier. Si les conditions sont particulièrement calmes, vous pouvez le faire toutes les heures ou toutes les demi-heures. Si les conditions changent avec une augmentation significative du vent, il est préférable d’organiser des quarts avec d’autres membres de l’équipage.

amarrage du bateau Le mouillage ne consiste pas seulement à s’approcher du quai. Il existe un certain nombre de règles à suivre afin de mieux préparer et surveiller le bateau une fois amarré.

Ancrage de poste

Une fois la manœuvre terminée, n’oubliez pas de relier l’extrémité de la chaîne à un bollard muni d’un étrangleur, ce qui permettra d’amortir les chocs ou les secousses qui risqueraient de peser sur notre treuil d’ancrage. Ne pas le faire comporte un risque, car des coups répétés pourraient desserrer l’embrayage et entraîner une chute soudaine de toute la chaîne ; de plus, notre étrangleur deviendrait le point d’arrêt qui maintient le bateau en position.

Il y aurait beaucoup plus à dire sur l’amarrage en général en examinant chaque situation ou complication individuelle, car comme nous l’avons vu, il existe un grand nombre de variables qui se combinent pour faire de chaque manœuvre une histoire en soi. Néanmoins, si nous avons compris qu’une organisation efficace des manœuvres à bord et l’ordre sur le pont sont utiles, nous serons déjà bien avancés si nous connaissons bien le lieu d’amarrage. Bien sûr, la rafale imprévue, le chalut qui s’approche dangereusement de l’hélice ou un invité inattendu sur le quai peuvent toujours perturber notre organisation et nécessiter une intervention rapide, mais le faire avec tout le reste en ordre est certainement plus facile et offre une autre garantie de résultats.

Une seule recommandation, bien que l’adrénaline augmente surtout dans des conditions météorologiques défavorables, ne vous inquiétez pas, ne synchronisez pas, ne criez pas, assurez-vous que tout est en place et communiquez de manière décisive, mais calmement. Parfois dans les ports on entend des cris mais cela ne sert à rien, notre interlocuteur a besoin d’un signal d’alerte, pas d’une impulsion pour s’agiter, il faut le lui donner en temps utile en l’invitant à prendre conscience même avec des signes de la main et du bras, mais toujours à l’avance.

Plus d’informations : Types d’ancrages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.