Comment obtenir un permis de navigation de plaisance

Pour débuter l’expérience de la navigation de plaisance ou pour passer à un navire plus grand que le vôtre, il vous faut le fameux permis de navigation. Dans cet article, nous vous donnons un aperçu des types de permis bateau, de la manière de passer les examens et des conseils pour vous préparer à les réussir.

Crédit photo : worldorgs.com

Licences récréatives

Les licences que l’on peut actuellement obtenir à la suite d’examens sont le permis de 12 milles – qui permet de conduire des navires et des bateaux d’une longueur maximale de 24 mètres sans limitation de puissance – et la licence nautique sans limites qui permet de conduire le même moyen de transport mais sans la contrainte de la distance de la côte. Il existe en fait 6 types de permis : pour chacun d’eux, il est possible de choisir entre moteur, voile et mixte.

Licence à moins de 12 miles

Commençons par la définition des 12 miles. Beaucoup considèrent à tort qu’il s’agit d’une licence restrictive, mais il convient de souligner quelques aspects essentiels avant de la considérer comme telle. 12 miles de la côte, c’est beaucoup plus que la plupart des plaisanciers qui choisissent de prendre une licence pour un moteur d’une puissance supérieure à 40,8 CV. Considérez que l’on peut atteindre une île à 24 miles de notre port favori même avec cette licence sans enfreindre la loi, car les 12 miles sont considérés comme autant de distance du port que de l’île. Bien sûr, il faut tenir compte de la route correcte par rapport à la côte, car si l’on s’écarte de cette route, on peut dépasser les 12 miles d’un côté ou de l’autre, ce qui déclenche une série d’obligations qui concernent non seulement la licence, mais aussi l’équipement à bord et l’aptitude du navire à naviguer dans les eaux internationales.

Licence illimitée

La licence sans limites permet de naviguer en dehors des limites des eaux territoriales et de faire des croisières plus ambitieuses, voire de choisir des routes directes au lieu de routes côtières. Naturellement, le bateau doit être en possession de toutes les caractéristiques et de tous les équipements nécessaires pour pouvoir affronter de telles navigations : c’est une partie importante de l’examen à passer.

Moteur ou voile ?

Il s’agit donc maintenant de choisir lequel des deux types de permis vous allez passer, ainsi que de savoir si vous allez suivre un cours de voile, de moteur ou les deux. Le conseil que nous donnons est d’avoir des idées claires dès le départ, car même si les examens sont de toute façon passables sans trop de problèmes, perdre de l’énergie inutilement sur quelque chose que l’on n’utilisera pas n’est le plaisir de personne.

ConseilSi la nécessité d’un permis est dictée uniquement par le désir d’installer un moteur de plus de 40,8 CV sur le tableau arrière, mais que vous savez déjà que vous continuerez à faire des excursions côtières avec votre famille à la recherche de criques et de criques où passer vos journées en mer, le conseil est de se limiter au permis de 12 milles pour le moteur uniquement. Si un jour vous voulez vous reconvertir dans la voile, vous pouvez passer un petit examen complémentaire : il s’agit d’un cours et d’un examen proportionnés à l’expérience et aux besoins réels du marin, sans risque de rencontrer des problèmes qui retarderaient l’obtention du permis.

Bureaucratie

L’un des moyens les plus rapides de faire face à la bureaucratie liée au processus qui mène de la décision de passer son permis aux examens est de se tourner vers l’une des nombreuses agences nautiques de la région. Certes, leur confier la gestion des formalités d’inscription et la gestion des différentes étapes des examens théoriques et pratiques coûte un peu plus cher, mais à y regarder de plus près, ce petit plus représente en fait un gain de temps considérable et une simplification logistique qui nous semble très précieuse.

Une agence qui effectue ce type de service pour les permis de navigation de plaisance est non seulement un allié précieux pendant toute la période d’apprentissage des notions nécessaires pour passer les examens, mais elle est également en mesure d’organiser facilement les examens pratiques à bord de véhicules à moteur, de voiliers ou des deux, en utilisant ses propres bateaux ou ceux d’autres personnes avec lesquelles elle collabore. Notre conseil est de ne pas s’attaquer à tout en autodidacte, car si les sujets peuvent être appris par tout le monde, les instructeurs des agences savent vous guider dans les parties les plus délicates de l’examen, comme le “charting”, qui en effraie plus d’un sans raison et qui est plus facile s’il est expliqué par un expert.

Documents d’admission à l’examen

licence-nautique-1

Cela dit, voici les documents à produire pour s’inscrire aux examens :

  • Demande timbrée selon le modèle téléchargeable sur le site de la Garde côtière, certificat médical en timbre fiscal conforme au modèle I de l’arrêté ministériel 146 du 29.07.2008 également disponible sur le même site comme document téléchargeable
  • 2 photos format de la carte
  • Preuve de paiement de € 20,00 (pour les catégories A et C) ou de 60 € (catégorie B) sur le compte courant de la Trésorerie provinciale de l’État compétent pour le territoire avec le motif du paiement : “Droits d’admission aux examens pour l’obtention du permis nautique, art. 64 du décret législatif du 8 juillet 2005, n° 171”.
  • Certificat de paiement de € 25.00 (dans un rayon de 12 milles – sans limites) ou de 100,00 € (navires) sur le c.c.p. du Trésor provincial compétent de l’État avec le motif du paiement : “Capo XV – capitolo 3570 – C.E.D. Ministero delle Infrastrutture e dei Trasporti – Tributo esame conseguimento patente nautica”.
  • Preuve de paiement de l’imprimé € 1,38 sur le compte courant à l’ordre de la trésorerie provinciale compétente de l’État avec le motif du paiement : “Capo X° – capitolo 2385 – C.E.D. Provveditorato Generale dello Stato- Paiement de l’impression de la licence nautique”.
  • Timbre fiscal € 16.00
  • Déclaration de disponibilité de passer l’examen
  • Les candidats aux examens qui sont déjà titulaires d’un permis à moteur et qui souhaitent également passer un permis de navigation avec m.a. ou un permis pour limites de navigation plus élevées doivent présenter l’application (en timbre fiscal) indiquant le numéro et le type de permis déten détenu au moment de la demande et le type de permis de conduire pour lequel le nouvel examen doit être passé.

Certaines catégories d’aspirants commandants n’ont pas besoin de passer les examens car ils possèdent des qualifications équivalentes ou supérieures, comme dans le cas du personnel de la marine.

Sur le site web de la Garde côtière, vous trouverez toutes les étapes et les formulaires téléchargeables pour procéder aux examens ; en outre, sur le même site, vous trouverez les coordonnées de la capitainerie la plus proche de votre domicile.

ConseilLe recours à une agence nautique simplifie non seulement l’accomplissement de toute la partie bureaucratique, mais fournit également des conseils d’experts pour gérer la partie didactique et la partie liée aux examens à la capitainerie locale. Le prix d’une formation au permis bateau varie en fonction de l’expérience pratique que l’on possède en matière de gestion d’un bateau. Ce sont en effet les leçons et les essais en mer avant les examens qui représentent un coût variable. Les cours théoriques ont des coûts abordables, bien qu’ils varient d’une région à l’autre.

En outre, le Nauticando.net est un excellent allié pour quiconque souhaite obtenir un permis de navigation : il propose non seulement d’innombrables quiz, mais aussi des exercices et des solutions sur les cartes marines et les outils de navigation et d’apprentissage. À l’intérieur du site, vous trouverez les principaux thèmes des cours du permis bateau expliqués de manière simple et intuitive, ainsi qu’un glossaire nautique et des jeux pour apprendre rapidement les notions.

L’importance de la préparation pratique

1_les_cours_de_fond_de_bateau_à_puissance_sont_extrêmement_populaires La préparation théorique seule ne suffit pas. L’idéal est de suivre un cours pour apprendre à manier le bateau et la navigation d’un point de vue théorique et expérimental.

En conclusion, il convient de rappeler que l’examen du permis bateau n’offre pas à lui seul l’expérience nécessaire pour effectuer de grandes traversées, même s’il permet de commander un bateau de plaisance d’une longueur maximale de 24 mètres. Cela signifie que la préparation théorique, qui est fondamentale pour aborder la mer en toute sécurité, ne suffit pas. Le cours offre généralement la possibilité d’apprendre à gérer le bateau et la navigation d’un point de vue théorique, avec des notions qui ne peuvent être complétées que si elles sont enrichies par une expérience pratique.

Conseil: Il faut voir le permis bateau comme une opportunité d’apprendre l’art de la navigation, et non comme un obstacle à franchir pour donner libre cours à sa passion. Il faut s’assurer que, dès la première leçon, l’approche est celle de quelqu’un qui veut apprendre à gérer réellement sa vie en mer, en sachant interpréter les signes de la météo, les signaux utilisés par les autres navires, les ports ou les canaux, comment planifier un voyage sans négliger les éléments variables comme la météo, et en sachant où et comment trouver les informations utiles pour naviguer en toute sécurité avant chaque voyage. Tout cela s’apprend facilement lors d’un cours de licence, mais devient une ressource dans laquelle on puisera souvent en mer, à tel point que de nombreux navigateurs, pourtant expérimentés, ont toujours à bord le manuel qu’ils ont étudié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.