Bateaux à voile pour débutants

Avant d’acheter notre premier voilier – petit dériveur ou bateau de croisière à cabine – il faut répondre à un certain nombre de questions. Vous trouverez dans cet article tous les conseils dont vous avez besoin pour y répondre correctement et sans précipitation.

L’achat de votre premier bateau est un événement que vous n’oublierez jamais. S’il s’agit d’un voilier, le choix prend alors une saveur particulière. De nombreux plaisanciers affirment que la voile est le seul moyen d’acquérir l’expérience nécessaire en mer. L’auteur, bien qu’il se soit mis à la voile, soutient que cette affirmation n’est en fait pas tout à fait vraie, bien que la petite voile permette de développer, surtout à un âge précoce, des sensibilités spécifiques qui seront utiles tout au long de la vie de marin.

Si nous avons décidé d’acheter notre premier voilier, avant de procéder à l’achat, essayons de répondre à quelques questions simples qui nous aideront à choisir celui qui nous convient.

Quel niveau de préparation et d’autonomie dans la manipulation du bateau ai-je au moment de l’achat ?

Qu’ai-je l’intention de faire avec le bateau que je recherche ?

Vais-je partager ma passion avec quelqu’un ou vais-je utiliser le bateau principalement seul ?

Quel est mon budget pour l’achat et l’entretien du bien ?

Quel niveau de préparation et d’autonomie dans la manipulation du bateau ai-je au moment de l’achat ?

Si notre niveau est celui de grands débutants, il ne faut pas paniquer. Il est conseillé de suivre l’un des nombreux cours de voile disponibles afin d’apprendre les bases et de se comparer à d’autres débutants et experts. Nous pourrions y rencontrer notre compagnon de voyage idéal pour faire nos premiers pas entre écoutes, grand-voiles et haubans, tout en bénéficiant de l’expertise nécessaire pour nous guider vers notre premier achat raisonné.

Plus d’informations sur :

Parties d’un voilier : coque, quille, gouvernail, mât

Types de bateaux à voile

Acheter son premier bateau

Si nous sommes des débutants, l’idéal est d’acheter un petit voilier facile à naviguer et à manier : de cette façon, nous éviterons de nous donner un sentiment d’insuffisance et pourrons apprendre de la meilleure façon possible. Acheter un Contender sans avoir jamais mis les pieds sur un dériveur n’est pas une bonne idée, par exemple. Un Laser ou un X14 italien équivalent, un Tridente 14 ou 16 ou encore un Vaurien sont particulièrement adaptés au débutant qui veut se lancer dans le monde de la voile. Pour ceux, en revanche, qui souhaitent également disposer d’un petit abri pour la nuit avec l’idée de passer la nuit sur le bateau au cours d’une croisière, l’invitation est de se familiariser d’abord avec la voile et de choisir ensuite un bateau d’environ 7 mètres, éventuellement avec un moteur hors-bord et une quille relevable. Vous disposerez ainsi d’un bateau qui peut être facilement transporté par la route, qui n’a pas nécessairement besoin d’une place de port – il peut être stocké dans un garage normal – et qui peut également être manipulé en solo sans trop de complications.

ConseilL’erreur que l’on commet souvent lors de l’achat d’un premier bateau est d’aborder un navire dont le potentiel est bien supérieur à ce que nos compétences au moment de l’achat sont en mesure de supporter. C’est une erreur car cela limite les possibilités d’apprentissage en les rendant plus difficiles et, de plus, vous utilisez un métier au-delà de son potentiel, ce qui ne génère pas toujours des sentiments positifs. Pensez à ceux qui font des croisières côtières avec de petits canots pneumatiques ou des catamarans et qui ressentent ce sentiment d’aventure également alimenté par la taille de l’embarcation.

Voiliers de 10 mètres

Bateaux à voile pour débutants - laser Un Laser se prête particulièrement bien à l’apprentissage de tout ce qu’il y a à savoir sur le monde de la voile. Photo : laserperformance.com

Qu’ai-je l’intention de faire avec le bateau que je recherche ?

C’est une question que nous devons nous poser, ainsi qu’au partenaire éventuel avec lequel nous voulons partager l’expérience, dans un moment de sérénité qui nous permet de garder les pieds sur terre. Le premier bateau doit répondre à une exigence fondamentale, à savoir qu’il doit être capable d’améliorer nos compétences en matière de navigation et, en même temps, nous permettre de la vivre en toute sérénité. Nous devrions nous poser cette question, mais prendre soin de consulter nos éventuels compagnons d’aventure. Il ne sert pas à grand-chose d’acheter un bateau que nous ne pourrons utiliser qu’en compagnie d’un marin plus expérimenté, car nous risquons de nous retrouver en difficulté en solo.

Acheter un bateau capable de faire le tour du monde et l’utiliser ensuite pour des sorties dominicales de proximité ne fait pas de nous le nouveau Bernard Moitessier ; au contraire, cela signifie avoir fait face à un coût d’achat et à des frais de fonctionnement ultérieurs disproportionnés et avoir choisi un bateau certainement moins agile et facile à utiliser qu’un néophyte.

Bateaux à voile pour débutants - dériveur

Un petit dériveur à quelques milliers d’euros est idéal pour faire ses premiers pas dans le monde de la voile. Photo : nautixexpo.com.

Le premier bateau doit être celui avec lequel on apprend à écouter et à observer la mer, à comprendre comment une coque et ses voiles se comportent au gré des éléments et sur eux. Le premier bateau est celui avec lequel nous ouvrons notre esprit à la relation entre nous et un objet flottant entre l’eau et l’air. Nous avons tant à apprendre, et pour devenir de bons marins, les nombreux livres disponibles ne suffisent pas.

Conseil : Avant de croire que nous avons trouvé le bon bateau à la première annonce sur des sites spécialisés comme iNautia, arrêtons-nous pour réfléchir à ce que nous voulons vraiment, sachant qu’il devra nous accompagner dans nos premiers pas vers la merveilleuse expérience de la voile. Avec un dériveur qui ne coûte que quelques milliers d’euros, nous pouvons emporter notre première satisfaction, et si nous voulons ensuite passer à une embarcation plus “tirée” ou à un croiseur à cabine, nous pouvons facilement revendre le dériveur à un autre néophyte.

Vais-je partager ma passion avec quelqu’un ou vais-je utiliser le bateau principalement seul ?

Dans les clubs de voile, il y a souvent des bateaux qui restent longtemps inutilisés parce que le propriétaire, peut-être avec peu d’expérience, n’a presque jamais la disponibilité d’un deuxième membre d’équipage ou lorsque celui-ci est disponible, il n’est pas là. De nombreux marins utilisent des bateaux conçus pour avoir un barreur et un maître d’équipage solitaires à bord. Avec les bonnes conditions météorologiques, c’est un point final mais certainement pas un point de départ. Demandons-nous donc si nous l’utiliserons principalement seuls, avec une personne moins compétente que nous, ou si nous aurons toujours le plaisir de partager des sorties en mer avec quelqu’un qui, comme nous, veut s’attaquer à cette belle façon de vivre les loisirs.

Il existe de nombreux dériveurs équipés uniquement d’une grand-voile, c’est-à-dire de la plus grande voile arrière, qui peuvent être facilement manipulés par un seul membre d’équipage tout en étant capables de transporter une autre personne, voire deux. Il existe de nombreux bateaux équipés d’une grand-voile et d’un foc qui peuvent être facilement manœuvrés par une seule personne car ils sont équipés de systèmes tels que l’enrouleur de foc et de boîtiers de manœuvre simples situés à proximité du barreur. Il existe cependant des bateaux que nous vous déconseillons fortement d’envisager à moins d’être sûrs de les utiliser à deux : les 470, des bateaux très peu maniables et agréables à utiliser seuls. Enfin, il existe des bateaux nés pour la navigation en solitaire, comme le Laser ou le X14 du Centro Nautico Adriatico, des bateaux simples, mais capables d’acquérir et d’aiguiser la sensibilité nécessaire à la conduite d’un voilier quelle que soit sa taille.

Conseil : Il est important de choisir comme premier voilier une embarcation sur laquelle vous pouvez également naviguer seul. Naviguer en solo est une expérience très formatrice et très enrichissante. Sans aucun doute, il est toujours agréable de partager des expériences, mais si nous risquons que ce désir se traduise par une non-utilisation, il est préférable de choisir un bateau qui est également conçu pour être navigué en solo, bien qu’il soit plus grand et doté d’une grande voile et d’un foc.

Bateaux à voile pour débutants - solo Il est important de choisir comme premier voilier un navire sur lequel vous pouvez également naviguer en solo.

Quel est mon budget d’achat et de fonctionnement ?

Une question évidente mais nécessaire. Le budget est une chose que nous devons garder fermement et rationnellement à l’esprit afin de ne pas finir par vivre une expérience positive telle que la navigation de plaisance avec anxiété. Nous ne devons pas seulement regarder nos poches et voir combien nous avons de disponible pour acheter notre dériveur ou notre premier petit catamaran (non recommandé comme premier bateau mais très souvent choisi comme tel). Il faut également tenir compte des frais de fonctionnement, à commencer par l’hivernage ou l’inscription à un club de voile, des frais qui sont en moyenne faibles, mais qui restent des frais. Nous devons également prévoir un minimum de frais pour l’entretien et le remplacement éventuel des composants qui s’usent avec le temps. Dans ce dernier cas, il s’agit de sommes très modestes, mais il est bon d’en tenir compte pour ne pas être pris au dépourvu.

Plus d’informations sur :

Combien coûte l’entretien d’un bateau ?

Comment s’offrir un bateau

Le coût d’un dériveur et de ses accessoires dans son ensemble est abordable pour presque tous les budgets. Un dériveur d’occasion peut coûter entre mille et quelques milliers d’euros, il suffit de le choisir en tenant compte du fait que le temps ne cause pas de dommages excessifs aux embarcations similaires. Bien sûr, il est bon de vérifier l’état de la coque et du pont en composite, mais s’il n’y a pas de défauts structurels superficiels ou plus graves, les bateaux de plus de 20 ans sont encore parfaitement efficaces. Le coût des clubs et des installations de stockage en Italie varie considérablement en fonction de la région et de la période de l’année, mais ils sont généralement très accessibles.

Conseil : il est bon de choisir le bon premier bateau et le bon club en fonction de nos possibilités économiques réelles. De cette façon, nous laisserons notre bateau ne nous procurer que des émotions positives et nous pourrons l’entretenir de la meilleure façon possible afin qu’il conserve sa valeur lorsque nous déciderons d’en acheter un autre qui nous permettra d’élargir nos horizons.

À ce stade, il ne reste plus qu’à réfléchir à ce que nous sommes capables de faire au moment de l’achat, à ce que nous avons l’intention de faire avec le bateau, à qui nous allons partager notre expérience en mer et au budget que nous pouvons sereinement consacrer à cette passion. Lorsque nous aurons les réponses à ces questions, nous pourrons commencer à chercher un bateau sur des sites web spécialisés et dans des clubs, où nous trouverons également de nombreuses personnes prêtes à nous aider à choisir le bon bateau.

Plus d’informations sur : Comment choisir un voilier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.