Voiles : nettoyage et entretien – a-babordStore Blog

Le nettoyage et l’entretien des voiles à bord sont un peu une corvée compte tenu de leurs volumes encombrants, mais absolument indispensables pour prendre soin de ce qui est à toutes fins utiles le véritable moteur de ces coques, le moyen auquel nous confions le plaisir et la sécurité de notre navigation. Voyons comment procéder.

Pendant l’utilisation du voilier, le bon navigateur établit une liste de petits travaux à réaliser pendant les temps de repos ou le week-end. Il peut s’agir de réparations ou d’inspections, ou même du remplacement d’un équipement qui a fait son temps. Dans cette sorte de rappel saisonnier, un entretien particulier ne doit pas manquer, celui des voiles. Une opération certes un peu exigeante compte tenu du volume des voiles, mais absolument fondamentale pour ce qui est à toutes fins utiles le véritable moteur de ces coques, le moyen auquel nous confions le plaisir et la sécurité de notre navigation. En résumé, prendre soin des voiles à bord est un devoir, mais pour un passionné, c’est aussi un plaisir qui nous fait mieux les connaître, nous permettant de leur rendre par notre travail les heures de plaisir intense qu’elles nous ont données. Là encore, si nous avons été sages, nous avons dressé une liste des travaux à effectuer, en plus du nettoyage, bien sûr.

Même une sortie tranquille suffit pour les observer attentivement et procéder à leur inspection : on hisse d’abord la grand-voile, puis le génois et enfin les autres à la proue, en notant calmement tous les problèmes que l’on trouve, les signes d’usure, les endroits les plus sales, les fils effilochés. Il est toujours préférable d’agir le plus tôt possible, même pour de petits dommages qui peuvent rapidement devenir beaucoup plus graves.

Un contrôle approfondi et un lavage à l’eau douce

Une fois le contrôle effectué, avant toute réparation, il faut les nettoyer pour éliminer toute trace de sel. Le nettoyage du sel est essentiel car celui-ci, combiné à l’action des rayons ultraviolets, a tendance à rigidifier et à corroder les fibres du tissu. Comme ils sont très volumineux, l’idéal serait de les immerger dans une baignoire de voilier professionnel, mais vous pouvez aussi utiliser votre propre baignoire ou une de ces piscines gonflables pour enfants. L’important est qu’il soit rempli d’eau douce sans ajout de détergents. On les étale et on les empile dans la baignoire pendant au moins une journée, en prenant soin de les retourner de temps en temps et de remplacer l’eau deux ou trois fois.

Lors du dernier changement d’eau, vous pouvez ajouter un détergent spécifique pour les voiles ou un détergent commun très dilué, en laissant tremper pendant au moins deux heures. Enfin, rincez tout à l’eau claire, à l’aide d’une pompe à jet si vous en avez une, après avoir posé la voile sur une surface plane et bien nettoyée. À ce stade, si les voiles sont relativement neuves, rien d’autre ne devrait être nécessaire.

laver les voiles

Saleté tenace, rouille et moisissure : comment procéder ?

Il peut cependant arriver qu’il reste des zones de saleté, comme des traces de moisissure ou des taches jaunes de sable sur le stylo, sur le point d’amure et de feuille et le long des bandes de protection UV. Dans ce cas, il faut les frotter doucement avec une éponge ou une brosse à poils doux et un détergent plus concentré.

Parmi les taches les plus tenaces, il y a celles de la rouille, qui touchent souvent les voiles les moins utilisées, comme la grand-voile ou le foc 2, qui restent parfois longtemps fermées dans leur sac au fond d’un casier. Il est nécessaire d’intervenir immédiatement sur des produits spécifiques pour éviter qu’ils ne s’élargissent et se consolident. Important : avant d’utiliser ces produits, il est bon de les tester sur une petite partie de la voile pour s’assurer qu’ils ne sont pas trop agressifs. Une fois le test effectué, procéder en agissant sur les zones concernées en frottant sans exagérer avec de la pression et, si nécessaire, en répétant l’opération plusieurs fois. L’opération se termine par un rinçage de la zone traitée à l’eau douce, propre et froide.

Si les taches de rouille sont étendues et profondes, il est malheureusement difficile de les éliminer complètement. Toutefois, il est conseillé de prendre des mesures pour éviter qu’elles ne s’aggravent. Vous pouvez essayer de les faire tremper dans une solution d’acide oxalique, disponible dans les magasins de peinture (sauf pour les voiles en nylon car elles seraient endommagées).

Pour les taches de moisissure (y compris les points noirs), on peut utiliser de l’eau de Javel et les rincer immédiatement car elles ont tendance à jaunir lorsqu’elles sont exposées au soleil. L’eau de Javel ou l’ammoniaque sont également efficaces contre les taches de sang (attention toutefois à ne pas utiliser d’eau de Javel sur les voiles en Kevlar). Enfin, pour les taches de goudron, on peut utiliser de l’huile de soleil si elle est fraîche et ensuite dégraissée au trichloréthylène ; si elle est sèche, on peut essayer l’huile de naphte. Enfin, les taches de colle peuvent être enlevées avec un peu d’acétone. À la fin de l’opération de lavage, il ne reste plus qu’à laisser les voiles bien sécher à l’air libre, couchées sur une pelouse ou, mieux encore, suspendues.

Réparation des voiles

Petites réparations : recoudre

Il peut également arriver, après une utilisation intensive des voiles, notamment par vent fort ou rafale, qu’elles nécessitent quelques réparations, principalement de petites reprises sur les coutures qui ont été fendues. Vous pouvez le faire vous-même, en utilisant le kit approprié : fil, aiguille et palm guard, le protège-main qui nous permet d’exercer la bonne pression sur l’aiguille.

Une fois que les zones d’intervention ont été marquées, la couture est refaite en utilisant les anciens trous. Il est conseillé de reprendre le point zigzag original en procédant de la manière suivante : faire d’abord un passage sur toute la longueur de la couture, puis revenir sur les mêmes trous, en complétant la couture avec le fil des deux côtés et en abondant d’une dizaine de centimètres avant et après la partie concernée. Esthétiquement, la couture sera identique aux autres, mais sa résistance sera bien plus grande. Bien entendu, ces réparations artisanales ne peuvent être effectuées que sur des voiles en Dacron blanc, car les petites déchirures sur les spinnakers, les jennakers et autres voiles en nylon doivent être réparées avec des rubans adhésifs spécifiques, très légers, de la couleur appropriée à la voile, disponibles dans le commerce ou auprès des voileries.

Pour les voiles en laminés spéciaux, il n’y a pas d’autre solution que de s’adresser aux professionnels, de même que si vous avez des renforts usés et des lattes entières à remplacer sur des voiles classiques. Rendez-vous-y sans tarder et redonnez à votre hélice ses performances d’origine et un aspect satisfaisant. Les voileries, surtout les plus petites, proposent souvent des coûts de réparation plus bas que vous ne l’imaginez.

Préservation des voiles

Comment stocker les voiles

Lorsque vous stockez des voiles pour une période assez longue, il est préférable de les stocker sur une étagère ventilée et non humide, de préférence même en dehors du sac si vous avez de la place. Sinon, la méthode classique peut être utilisée, l’important étant qu’ils soient ensachés parfaitement secs. Si une longue période sans navigation est prévue, toutes les voiles doivent être débarquées, car elles deviennent non seulement un réceptacle pour l’humidité et s’abîment donc, mais donnent également une mauvaise odeur au bateau. Une fois les voiles nettoyées, l’enrouleur peut également être nettoyé, s’il est embarqué, en le lavant avec beaucoup d’eau douce et en utilisant un lubrifiant après séchage. Si, par contre, nous disposons d’enrouleurs, il faut les ouvrir et les fermer plusieurs fois après les avoir bien rincés à l’eau douce pour éviter qu’ils ne se coincent.

Ces opérations de nettoyage et d’entretien préservent nos voiles et leurs performances. Elles coûtent un peu d’effort et de travail, mais elles sont certainement le seul moyen de rembourser notre hélice pour toutes nos journées de navigation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.