Voiles de course et de croisière : quelles sont les différences ?

L’utilisation d’un voilier pour des courses de club ou des sorties du dimanche, des courses de match ou des traversées océaniques est très différente en termes d’attentes des propriétaires concernant les performances de la voile. C’est pourquoi les voileries font la distinction entre ces deux mondes et conçoivent des voiles spécifiques pour la course et la croisière.

Nous, les marins, utilisons nos bateaux principalement de deux manières, pour la course et pour la croisière, bien que chacun de ces univers soit en réalité très complexe. Par exemple, la croisière peut être une sortie du port pendant quelques heures pour s’adonner à la baignade ou un week-end le long de la côte ou encore un voyage au long cours, pourquoi pas, même en mer. De même, une régate peut se dérouler au club et durer un après-midi jusqu’au coucher du soleil, ou nous emmener sur de longues courses au large, y compris des traversées océaniques, qu’il s’agisse d’un match race ou d’une course de trimaran. Les voiles pour chacune de ces activités très différentes varient énormément, mais pour simplifier, nous parlerons de voiles de croisière et de course. Voyons donc quelles sont les principales différences entre ces voiles en termes de performances, de conception et de matériaux.

Crédits photos : One sails courtesy.

Des performances différentes pour des attentes différentes

Les voiles de croisière et de course sont conçues pour la performance, mais pour chaque type d’activité, cette performance est mesurée différemment. La mesure absolue de la performance d’une voile de course est la vitesse, bien que d’autres facteurs puissent jouer un rôle. Les grandes performances d’une voile de croisière, en revanche, sont davantage liées à la maniabilité et à la durabilité. En termes simples, la vitesse provient des matériaux et de la forme de la voile, qui doivent être adaptés les uns aux autres. En fonction de la vitesse que vous souhaitez atteindre, cela a souvent un coût en termes de durabilité. La question est la suivante : voulez-vous être capable de naviguer une minute plus vite sur un long bord au vent ou voulez-vous hisser les mêmes voiles dans 10 ans ?

Une question de durabilité

Compte tenu du nombre de types et de tailles de voiliers que nous avons sur l’eau et de la grande variété de matériaux disponibles pour la construction des voiles, il ne s’agit pas seulement de choisir une voile de croisière durable ou une voile de course rapide. Nous devons connaître d’autres différences entre les voiles de course et de croisière pour nous aider à choisir. La principale est l’attente des propriétaires à l’égard de leurs voiles. À bord d’un yacht de course TP 52, où la performance pure est la seule mesure d’une voile, après une course ventée, une équipe décide souvent que sa grand-voile est finie et doit être remplacée. La plupart des coureurs qui naviguent à un niveau inférieur au niveau professionnel, généralement sur des bateaux plus petits, se sentent souvent à l’aise pour remplacer les voiles de façon saisonnière et plus sélective, en faisant durer certaines voiles plus longtemps. En comparaison, sur un bateau de croisière, certains propriétaires penseront que leurs voiles seront bonnes pendant 7 ou 10 ans avant que le matériau et les formes de la voile ne soient tellement compromis qu’ils affectent sérieusement les performances du bateau.

Voiles de course et de croisière
Crédits photos : Ullman Sails courtoisie.

Tout est question de design : la forme des voiles

Une grande différence entre les voiles de course et de croisière est que, dans une régate moyenne, les bateaux naviguent face au vent 50 % du temps. Les bateaux de croisière, quant à eux, naviguent rarement au vent : généralement, lorsque le vent souffle dans la direction où les marins veulent aller, ils choisissent d’aller ailleurs, d’attendre que le vent tourne ou de hisser la grand-voile pour stabiliser le bateau et démarrer le moteur. En conséquence, les formes des voiles de croisière sont souvent conçues pour de meilleures performances, même si les réglages ne sont pas précis : elles ont des formes légèrement plus rondes, les angles d’entrée sont similaires à ceux des voiles de course, mais la voile peut être un peu plus profonde et la section arrière de la voile est plus ronde pour permettre une meilleure forme lorsque l’écoute se relâche.

En revanche, l’équipage d’un bateau de course essaie généralement de régler les voiles avec précision, aussi près que possible de l’axe central lorsqu’il navigue au vent, de sorte que ses voiles soient plus plates. De même, généralement, lorsqu’un bateau de course commence à atteindre certaines vitesses, l’équipage passe à des voiles différentes, plus petites, comme les focs, ou plus légères, comme le Code Zéro.

Les différences de matériaux : dacron, laminés, carbone

Les matériaux utilisés pour les voiles varient non seulement pour la croisière et la course, mais aussi en fonction de la longueur et du poids du bateau et des charges impliquées. En général, les focs et les grand-voiles sont fabriqués en Dacron ou en laminés légers avec des fibres à haute résistance. Le dacron est le principal matériau utilisé pour les focs et les grand-voiles depuis plus d’un demi-siècle, avec quelques améliorations au fil du temps. Elle reste aujourd’hui une option courante pour de nombreux bateaux, notamment les yachts de croisière.

De nombreux coureurs, en revanche, utilisent des voiles de haute technologie souvent fabriquées à partir de carbone pur, mais aussi en mélangeant différents mélanges de fibres et de carbone, comme le polyester, l’aramide (Kevlar) et le Spectra-Dyneema. Cela permet un contrôle de la forme encore meilleur que celui des stratifiés. Grâce à la plus grande résistance du carbone, certaines voiles peuvent être fabriquées avec moins de fibres et moins de poids total. À l’autre extrémité du spectre, les propriétaires de petits bateaux et de yachts de croisière peuvent choisir des voiles tout aussi innovantes mais moins coûteuses, comme les produits composites moulés utilisant des rubans de filaments enduits de polyester (Dacron). Dans certains cas, une couche extérieure de film est ajoutée à ces combinaisons pour aider à la résistance au frottement.

La taille du bateau compte également

Les différences entre les voiles de course et de croisière peuvent également être observées dans trois gammes de taille : petite (moins de 35 pieds), moyenne (35 à 45 pieds) et grande (plus de 45 pieds). Sur les bateaux de course de moins de 35 pieds, les voiles sont souvent fabriquées en laminés légers, incorporant du Mylar ou d’autres films et des fibres Spectra ou Aramid. Dans les classes restreintes, certaines voiles de course seront fabriquées en Pentex (un polyester peu extensible) et d’autres en Dacron. Les voiles de croisière pour les bateaux de petite et moyenne taille sont généralement encore en Dacron, mais disposées selon une configuration en panneaux croisés ou radiaux. Les voiles en Dacron orientées vers la chaîne coûtent un peu plus cher mais offrent des performances nettement supérieures à celles des panneaux transversaux plus extensibles.

Autour de 40 pieds de long et certainement dans les 50 pieds, le Dacron n’est plus une option rationnelle pour les bateaux de croisière. Compte tenu des charges, le matériau ne conserve pas longtemps sa forme et il est lourd, généralement un tissu de 10 ou 11 onces, de sorte que la voile est plus difficile à enrouler.

lire aussi : Voiles d’étrave

Voiles de course et de croisière
Crédits photo : North Sails courtoisie

Les voiles des transporteurs, un monde à part

Pendant de nombreuses années, la voile porteuse la plus courante pour un bateau de croisière était le spinnaker asymétrique, également connu sous le nom de gennaker. La facilité avec laquelle la voile peut être manœuvrée est primordiale pour les plaisanciers, c’est pourquoi le gennaker est généralement hissé à l’intérieur d’une “chaussette” qui est à son tour relevée lorsqu’il est temps de gonfler la voile. Lorsqu’il faut l’affaler, la chaussette est rabattue autour de la voile avant que celle-ci ne soit abaissée sur le pont. Les premiers spinnakers asymétriques étaient instables et difficiles à régler, mais les conceptions suivantes ont tiré parti de la technologie de la Coupe de l’America et les voileries ont soudainement été en mesure de produire des voiles de croisière triradiales entièrement moulées. Maintenant, la forme de la voile est intégrée dans chaque couture au lieu des panneaux transversaux. En conséquence, les voiles ont une position plus naturelle et volent plus facilement.

La révolution du Code Zéro

Depuis quelques années, les croiseurs ont également commencé à adopter une autre voile développée dans le cadre de la Coupe de l’America, le Code Zero, qui est un spinnaker très plat monté sur un enrouleur de foc. Lorsque l’angle du vent réel est compris entre 90 et 130 degrés, le Code Zéro remplit un grand espace entre le foc au vent et le gennaker au vent. Certains navigateurs trouvent l’enrouleur de foc si confortable qu’ils ne s’embêtent même plus avec le gennaker et tirent simplement des bords au vent en utilisant le Code. Les mêmes avantages des expériences de la Coupe de l’America ont porté leurs fruits dans les voiles de course pour les allures portantes. Aujourd’hui, la plupart des bateaux de course utilisent un mélange de voiles asymétriques et de queues, ainsi que des voiles d’étai. Si les bateaux plus anciens utilisent encore des spinnakers symétriques, presque tous les modèles plus récents utilisent des spinnakers asymétriques montés sur un mât. Les queues sont devenues encore plus importantes car la plupart des nouveaux bateaux sont construits avec des grandes voiles et des petits focs au lieu de voiles d’avant qui se chevauchent. Les matériaux utilisés pour les voiles d’avant sont principalement le nylon et le polyester.

Le carbone sur les bateaux de croisière ? Parlons-en…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.