Une cabine de rêve pour notre vie en bateau

Alessandro et Luigina sont un couple de navigateurs qui ont décidé de changer de vie et de déménager à bord du Sealab, un GibSea de 12,60 mètres, pour naviguer en liberté. Une fois à bord, ils ont effectué une série de travaux sur le bateau pour l’adapter à leurs besoins. La première d’entre elles a été la construction d’une nouvelle cabine de propriétaire à l’avant. Voilà comment ça s’est passé…

Désireux de vivre sur le bateau toute l’année, Alessandro et moi voulions que notre cabine principale soit lumineuse, confortable et spacieuse. En bref, un environnement idéal sous le pont où nous pourrions dormir sur un vrai lit et nous réveiller chaque jour frais et de bonne humeur. Jusqu’à présent, nous avons utilisé l’une des deux cabines arrière comme notre cabine et elle a été parfaite pour les vacances, en été et par temps chaud. Les espaces sont un peu étroits cependant et le lit est un peu petit. Des inconvénients tout à fait gérables pour de courtes croisières, mais certainement pas pour vivre toute l’année à bord.

Notre Sealab, un Gib Sea 126 de 12,60 mètres, est né avec deux cabines exiguës à l’avant, une à tribord et l’autre à bâbord du mât de passage, avec une salle de bain commune. En 2000, quand Alessandro a acheté le bateau, il a réuni les deux cabines en enlevant la cloison et en fermant la porte sur le côté tribord du mât. Grâce aux deux grands hublots supérieurs, c’est la partie la plus cool de l’intérieur du bateau, nous avons donc décidé d’en faire notre cabine principale.

Le jour sur le bateau, la nuit dans l’appartement.

Nous avons d’abord tout démoli jusqu’à ce que nous ayons un grand espace vide, et dans ce travail de démolition, Alessandro a été très efficace, peut-être à cause de son ascendance cimbrienne. Les Cimbri (ou Cimmériens) étaient en fait un peuple barbare qui est arrivé dans le nord de l’Italie en provenance du Danemark il y a environ deux mille ans, où certaines tribus se sont installées dans la forêt du Cansiglio, près de Trévise. Pendant ce temps, le bateau était inhabitable, nous avons donc loué un appartement à Pantocratoras, un charmant quartier de Preveza, une belle ville grecque surplombant la mer Ionienne, dans lequel nous avons entassé toutes nos affaires après avoir quitté la maison et le bateau.

Après avoir terminé le déménagement, au milieu des travaux et avec le bateau réduit à une coquille vide sans mât ni moteur, les problèmes ont commencé. Tout d’abord la pluie, qui en hiver à Preveza est si forte que la cour est inondée. Cependant, nous étions préparés à cette éventualité en choisissant un chantier disposant d’une grande tente dans laquelle, moyennant un supplément, nous avons fait déplacer la coque afin de pouvoir travailler à l’abri.

Notre premier coup de vent était à terre

Cependant, peu après avoir mis le bateau à l’abri, un autre problème est apparu : Alessandro est resté alité pendant un mois en raison d’un mal de dos atroce. Ce furent des jours d’angoisse pour nous car tout notre projet de nouvelle vie sur le bateau reposait sur sa capacité à réaliser les travaux que nous avions en tête. La restauration du bateau lui-même n’a été possible que grâce aux compétences et à la dextérité d’Alessandro : sans lui, notre aventure risquait de se terminer avant même d’avoir commencé. Nous pouvons dire que c’est la première tempête à laquelle nous avons été confrontés.

Heureusement, il s’est remis en forme et nous avons rouvert le chantier naval, mais la sérénité n’a pas duré longtemps car, quelques jours plus tard, j’ai moi-même glissé dans le cockpit et je me suis cassé le pied, ce qui m’a valu un plâtre et des béquilles que j’ai dû utiliser pendant un mois et demi. À cette époque, les ouvriers du chantier s’étaient pris d’affection pour cette dame en salopette jaune qui, assise avec sa jambe dans le plâtre, tenait compagnie à son mari pendant qu’il travaillait, ou l’aidait avec des spatules et des pinceaux à résiner les pièces de bois en sautillant sur un pied autour de l’établi.

Belle cabine 3D ! Faisons comme ça…

Après ces jours troublés, nous nous sommes remis au travail sur notre cabine. Nous avons renforcé la fixation du “baby stay” en fabriquant une poutre sandwich en bois et en carbone que nous avons ensuite collée sous la fixation elle-même. Ensuite, nous nous sommes occupés de la cloison avant : celle-ci a été réalisée en contreplaqué marine et recouverte de fibre de verre du côté de la voile. Dans la partie inférieure, le bois avait pourri à cause de l’humidité, nous avons donc remplacé la partie endommagée par du nouveau contreplaqué en collant et en imprégnant le tout de résine époxy.

Une fois les relevés effectués, nous avons ensuite dessiné la nouvelle cabine en 3D sur ordinateur, une opération très utile qui nous a permis de visualiser à l’avance l’espace et l’aménagement afin de mieux décider de la disposition des meubles et d’optimiser la découpe des panneaux de contreplaqué. Pour les découper, nous avons découpé des gabarits en carton des différentes pièces afin de pouvoir facilement les essayer et les adapter avant la découpe finale sur le bois. Lorsque nous avons coupé toutes les pièces à la scie sauteuse, nous avons également pris soin de laisser un excédent de matériau sur toutes les coupes droites afin de pouvoir mieux les rectifier par la suite avec la fraise pour obtenir des bords plus finis. C’était une véritable épreuve physique et de patience que de monter et descendre de l’échelle du tambucio à chaque fois pour tester les nombreux composants individuels et les terminer sur place.

Colles et résines, nos meilleurs alliés

Nous avons ensuite enduit tous les composants à la truelle avec de l’époxy pour les rendre résistants à l’humidité, puis nous les avons fixés en place avec des vis et des pinces, avant de les coller à la coque à l’aide de bandes de tissu en fibre de verre imprégnées et enfin de les assembler avec de l’époxy enrichie de silice ou de microfibre. Une fois ce travail terminé, nous avons fini les parties visibles avec des bandes d’acajou arrondies ou du placage. Comme nous ne voulions pas renoncer à la deuxième salle de bain, nous en avons fait une dans la cabine, derrière la porte, en installant une toilette et un lavabo cachés : évidemment, nous avons dû ouvrir de nouveaux trous dans l’excavation pour les sorties de mer correspondantes et fermer les trous des valves dans l’ancienne salle de bain.

Après avoir terminé tous les cadres de lit, les armoires et les meubles muraux, nous sommes passés aux portes, puis nous avons fixé les lucarnes. Puis nous avons peint les meubles et sommes passés aux finitions, en fixant les cadres entre les plafonds et les murs et en recouvrant les haubans en acier au pied du lit et la poutre en carbone. Pour recouvrir les murs de la cabine et les parties du plafond, nous avons d’abord utilisé du caoutchouc mousse, que nous avons fixé avec de la colle de contact, comme Bostik, et nous avons terminé le travail avec du ciel blanc. Pour coller ces derniers, nous avons utilisé de la colle thermofusible : elle s’utilise de la même manière que la colle contact mais, comme elle ne prend qu’après s’être réchauffée, elle permet de repositionner et d’étirer plus facilement l’imitation de peau.

Enfin, nous avons mis en place le fardage. Quant au lit, nous avons dû déterminer la taille minimale du matelas pour pouvoir l’installer à bord, nous garantissant ainsi des nuits heureuses avec Morphée. Nous avons donc passé un après-midi chez Ikea à nous allonger et à essayer tous les matelas jusqu’à ce que nous trouvions celui qui nous convenait.

L’achèvement de la cabine a renforcé la confiance en soi

Lorsqu’en août 2018, lassés du travail, nous avons quitté notre ancienne vie pour commencer à vivre sur un bateau et à naviguer, il manquait encore à notre cabine principale l’évier coulissant, les tiroirs et la longue étagère sur le mur à côté du lit. Nous les avons tranquillement construits l’hiver suivant, amarrés à la jetée municipale de Poro Heli, dans le Péloponnèse, où nous pouvions travailler sans être dérangés.

Après de nombreux mois d’étude, de travail et quelques imprévus, Alessandro et moi sommes finalement très satisfaits de notre nouvelle cabine : elle est exactement comme nous l’avions envisagée, peut-être même mieux. Par-dessus tout, la construction de la cabine du propriétaire a été le premier des nombreux travaux que nous avons effectués sur Sealab, et cela nous a beaucoup aidés de voir quelque chose de terminé alors que, parfois, nous étions pris par le découragement parce qu’il nous semblait que nous ne pourrions jamais terminer tous les travaux prévus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.