Un œil du ciel : caméras et drones sur un bateau

La technologie numérique moderne a rendu les caméras et les drones extrêmement bon marché, faciles à utiliser et offrant d’excellentes performances. L’œil technologique offert par ces appareils électroniques pourrait s’avérer utile sur un bateau pour une navigation en toute sécurité.

Imaginez que vous approchez d’une crique inconnue avec votre bateau. L’eau est peu profonde, les cartes du traceur de cartes sont de qualité médiocre et vous n’avez aucune idée réelle de ce qui vous attend en chemin. Ne serait-il pas agréable d’avoir un œil technologique venu du ciel pour vous montrer précisément ce qui vous attend ? Les progrès incessants de la technologie ont rendu la reconnaissance photographique et vidéo beaucoup moins chère que par le passé et les appareils photo, les drones et les caméras numériques sont désormais tout à fait abordables.

Certains d’entre nous, les plaisanciers, en particulier ceux qui naviguent dans des zones peu profondes et couvertes de coraux ou ceux qui aiment pêcher, trouveront sans doute ces accessoires suffisamment intéressants pour vouloir les emporter lors de leurs sorties en mer.

Mettez une caméra dans l’en-tête

La technologie de la vidéosurveillance n’est pas vraiment nouvelle. Ce qui a changé ces dernières années, c’est le coût et la qualité des appareils qui l’utilisent, qui se sont considérablement améliorés. Ils offrent une vue complète et panoramique du pont avant et de tout ce qui se trouve dans son rayon d’action immédiat. Les caméras et leurs écrans sont désormais principalement vendus aux marchés de l’automobile et de la sécurité, à des prix allant de 200 à 500 euros pour un seul ensemble.

Les exigences d’un bon appareil photo

– Champ de vision raisonnable. Une caméra à placer en tête de mât doit avoir un angle de vue compris entre 90 et 120 degrés. Cela donne une bonne vue de tout ce qui se trouve entre la proue et l’horizon du bateau, la vue étant centrée à environ une longueur de bateau devant la proue.

– Capteur numérique haute résolution. La différence entre une caméra de 640 × 480 pixels et une caméra de 1920 × 1080 pixels est assez évidente. Si vous essayez de repérer des récifs ou des têtes de corail, chaque pixel compte.

– Large gamme de couleurs dynamiques. Pour une image vidéo qui restitue des couleurs fidèles et la plupart des détails dans les zones les plus claires comme les plus sombres, cela vaut vraiment la peine de dépenser quelques euros supplémentaires.

– Câblage standard. Les caméras réseau utilisant la technologie PoE (Power-Over-Ethernet) et les codecs de diffusion vidéo standard sont très populaires et largement pris en charge par tous les types d’ordinateurs et autres dispositifs d’affichage. Les protocoles propriétaires peuvent être difficiles à gérer et il vaut mieux les éviter. L’USB n’a pas la portée nécessaire pour atteindre la tête de mât sans l’aide de prolongateurs motorisés qui coûtent plus cher que l’utilisation du PoE.

– Bonne fréquence d’images. De nombreux appareils de type webcam peuvent fournir 30 images par seconde, mais uniquement à une résolution réduite et peuvent n’atteindre que 10 images par seconde à une résolution HD complète. Cela se traduit par des images floues ou saccadées qui sont totalement inutiles. Recherchez un appareil qui peut atteindre de manière fiable jusqu’à 30 images par seconde et plus en pleine résolution.

– Connecteurs étanches. Il va sans dire qu’un bouchon Ethernet exposé sans joint ou joint torique ne durera pas très longtemps sur le mât d’un voilier. Les connecteurs présentant un indice IP66 ou supérieur valent vraiment les 15 euros supplémentaires.

Fonctions inutiles :

– Wi-Fi et Bluetooth. Des fonctions similaires peuvent rendre l’installation légèrement plus pratique, mais assurez-vous de ne pas avoir à monter en tête de mât chaque fois que vous devez reprogrammer l’appareil lorsqu’il est hors ligne.

– Note élevée de “TVL”. Abréviation de “TV Lines”, il s’agit d’une mesure de résolution obsolète pour la télévision en circuit fermé analogique. Il existe aujourd’hui d’immenses entrepôts remplis d’appareils photo des années 1990 et du début des années 2000 que leurs propriétaires tentent désespérément de vendre. Tout appareil qui a un numéro TVL sur son cahier des charges est un appareil analogique obsolète. Il vaut mieux dépenser quelques euros de plus pour un système moderne, entièrement numérique.

– Intégration avec d’autres appareils électroniques marins. Une simple caméra PoE extérieure 1080p qui télécharge un flux vidéo sur le réseau de l’ordinateur ou de la tablette que vous souhaitez utiliser pour le visionner suffit pour faire du bon travail. Quels autres avantages pour l’intégration avec un traceur de cartes ou d’autres appareils électroniques de marine ? Aucun jusqu’à présent…

Drones et véhicules aériens sans pilote (UAV)

Les drones et les “aéronefs sans pilote” ne sont plus une nouveauté. Cependant, la combinaison du coût, de la commodité et des performances offerte par les modèles actuels peut intéresser certains plaisanciers. Ces derniers temps, ces appareils ont connu un énorme développement technologique : des drones à quatre hélices, entièrement étanches et à longue portée, se vendent désormais à partir de 1 000 euros.

Les modèles réduits d’avions contrôlés à distance par un pilote et les drones dotés d’un ordinateur embarqué qui effectue les commandes de vol en suivant les instructions de mission définies à distance par le pilote offrent la possibilité d’avoir une caméra à quelques centaines de mètres devant le bateau. Ils ne sont certainement pas la bonne solution pour tout le monde, mais certains plaisanciers pourraient être intéressés par l’ajout d’un de ces jouets hi-tech à bord.

Les exigences pour un drone bateau

– Longue endurance. Les drones les moins chers ne peuvent voler que pendant cinq ou dix minutes avant d’atterrir pour effectuer un changement de batterie indispensable. Cela peut ne pas être suffisant pour garder une entrée de port ou un mouillage difficile. En outre, une réserve de puissance est nécessaire pour le vol de retour au bateau si le vent change.

– Haute performance même dans des conditions venteuses. Très peu de drones peuvent voler correctement dans des vents d’une force supérieure à 3 et il faut une compétence considérable pour les manipuler dans les rafales.

– Un affichage vidéo fiable et de haute qualité. Essayez-les avant d’acheter, en vous assurant que l’interface est facile à utiliser et que les images sont suffisamment bonnes pour pouvoir voir les bancs de sable, les récifs coralliens.

– Imperméable et flottant. Les drones ont tendance à s’écraser assez fréquemment. Les drones étanches et flottants, comme le QuadH2O, le Splash ou le Diodon, ou même les drones submersibles comme le Tetra, coûtent beaucoup plus cher que leurs jumeaux terrestres, mais ne doivent pas être remplacés à chaque fois qu’ils atterrissent dans l’eau.

Fonctions inutiles :

– Atterrissage automatique de retour. Les fonctions telles que le retour automatique à la base ou l’atterrissage automatique sont inutiles si la “base” s’est déplacée pendant le vol, comme dans le cas d’un drone lancé depuis un bateau. Cela dit, on peut imaginer faire voler le drone dans un mouillage particulièrement étroit, puis copier sa trace GPS sur le traceur de cartes du yacht et l’utiliser comme un ensemble de points de repère.

Capacité de haute altitude/de haute vitesse. Si vous disposez de l’une de ces fonctions, vous ferez toujours voler l’appareil à portée visuelle du bateau, à des vitesses suffisamment basses pour voir ce qu’il fait et récupérer des photos exploitables, et rarement à plus de 100 mètres d’altitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.