Prises d’eau de mer : matériaux, durabilité et sécurité

Vous êtes-vous déjà demandé de quels matériaux sont faites les prises d’eau de mer de votre bateau ? Vous devez le faire car la sécurité de votre navigation en dépend.

La plupart des propriétaires de bateaux n’ont aucune idée du type d’entrées de mer installées sur leur bateau. Ce qu’ils savent peut-être, c’est que la défaillance d’une prise de mer peut être catastrophique et provoquer le naufrage du bateau. Cependant, comme il s’agit d’un composant délicat et vital, il vaut la peine d’examiner l’état de santé de nos soupapes d’admission et, surtout, le matériau dont elles sont faites.

Toutes les prises d’eau de mer portent des marques imprimées qui nous indiquent non seulement le fabricant mais aussi le matériau dont elles sont faites. Au premier abord, ces caractères peuvent sembler indéchiffrables, mais une rapide recherche sur Google peut nous aider à comprendre.

Lire aussi : Mythes à dissiper sur les apports marins

La législation sur les matériaux des entrées maritimes est générique

En théorie, les chantiers navals devraient respecter les normes de qualité les plus élevées pour la construction des entrées de mer. Un règlement de la Communauté européenne sur les bateaux de plaisance (RCD), entré en vigueur en 1998, est cependant beaucoup trop laxiste et général sur le sujet. La norme de référence pour les “prises, chaumards et accessoires métalliques” (IS0 9093-1) stipule que “les matériaux utilisés doivent être résistants à la corrosion”. Mais étonnamment, la directive définit la résistance à la corrosion comme “un matériau qui, dans un délai de 5 ans, ne présente aucun défaut susceptible d’altérer l’étanchéité, la résistance ou la fonction”. Une date de péremption, en quelque sorte, qui, sur un élément aussi stratégique, laisse véritablement perplexe. Quel propriétaire se sentirait à l’aise en pensant que son bateau pourrait couler après seulement cinq ans ?

En ce qui concerne les prises de mer, le marché nautique propose des composants aux termes plutôt génériques. Il s’agit notamment du laiton commercial, du laiton DZR et du bronze. Ces noms génériques regroupent en fait une myriade d’alliages différents aux caractéristiques très diverses. Seules les définitions dites “Uni” identifient sans ambiguïté l’alliage auquel correspondent certaines propriétés mécaniques et galvaniques.

Quelle est la durée de vie d’une douille ?

Le vrai problème est qu’il n’existe aucune certification officielle définissant ces composants comme un matériau marin. Les chantiers navals sont simplement tenus de déclarer que le produit installé “ne présentera aucun défaut susceptible de compromettre son étanchéité, sa résistance ou son fonctionnement avant une période de 5 ans”. Conformément à la directive européenne susmentionnée.

Tous ces alliages ont le cuivre comme élément principal. Cependant, le cuivre seul n’aurait pas une consistance mécaniquement adéquate pour être utilisé sur les bateaux, c’est pourquoi différents métaux sont ajoutés pour augmenter sa solidité, sa maniabilité et sa résistance aux agressions chimiques et galvaniques.

Les principaux matériaux des prises de mer

En effet, les prises d’eau de mer que l’on trouve à bord de vos bateaux peuvent être réalisées dans les matériaux suivants :

  • Laiton commercial. Il s’agit d’un alliage de cuivre contenant environ 55 à 60 % de cuivre et 40 à 45 % de zinc, plus d’autres métaux en faibles pourcentages. Le laiton commercial se corrode souvent de l’intérieur vers l’extérieur et les dommages sont presque toujours invisibles, sauf s’il est trop tard. Les prises d’eau de mer en laiton étaient couramment utilisées sur les bateaux construits à partir du début du siècle, avant que les dangers de ce type de matériau ne soient pleinement connus. Pour ceux qui trouvent des entrées de mer en laiton commercial à bord de leur bateau, le conseil est de les remplacer dès que possible.
  • Laiton DZR. Il est généralement marqué CR, ce qui signifie “résistant à la corrosion”, et contient environ 35 % de zinc. Sa force réside en fait dans un traitement thermique spécial. Le laiton DZR est supérieur au laiton, mais il est recommandé de remplacer par précaution les prises d’eau de mer fabriquées dans ce matériau après environ 10 ans.
  • Il s’agit également d’un terme générique, mais il se compose en principe de 80 à 83 % de cuivre, jusqu’à 4 % de zinc, jusqu’à 4 % d’étain, jusqu’à 4 % de plomb, plus d’autres métaux. Cet alliage, contenant un très faible pourcentage de zinc, qui est attaqué et éliminé par le chlore de l’eau de mer, est beaucoup plus adapté à un usage nautique que le laiton DZR. Un détail à ne pas sous-estimer est que les composants fabriqués à partir de cet alliage ne coûtent que 30 % de plus. Un coût supplémentaire qui en vaut la peine si l’on évalue les dommages qui pourraient en résulter. Cela ne signifie évidemment pas que le composant sera éternel, mais il fera certainement son travail pendant plus de 10 ans.

Les entrées composites : fonctionnent-elles ?

Toutefois, ces dernières années, les entrées en composite ont également fait leur apparition sur le marché de la marine. Le corps de la vanne de ces produits est fabriqué dans un matériau composite en nylon renforcé de fibres de verre qui résiste à la haute pression et offre une longue durée de vie. Pour garantir un fonctionnement sans heurts pendant des années, la bille et le roulement sont fabriqués dans un plastique polymère renforcé au PTFE. Leurs atouts sont une grande solidité et un faible poids, une résistance à la corrosion, à l’électrolyse, aux produits chimiques tels que le diesel, l’essence et l’antifouling. Ils peuvent être utilisés dans une plage de températures allant de -40°C à + 110°C. L’installation des entrées en composite est facile et les filetages et les diamètres des trous sont les mêmes que pour les entrées en métal.

En bref, les entrées composites peuvent être une alternative viable au laiton et au bronze DZR. L’important est de toujours vérifier périodiquement la parfaite efficacité de ces composants embarqués et de les remplacer en cas de doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.