Pourquoi l’acier embarqué est aujourd’hui de mauvaise qualité

Les haubans, ridoirs, barres de flèche, chariots et tous les composants en acier que l’on voit sur les bateaux modernes durent un peu plus longtemps et résistent beaucoup moins bien à la rouille et au brouillard salin que les mêmes composants d’il y a 20-30 ans. Comment cela est-il possible ?

Acier sur panneau. Pourquoi est-elle si éphémère ? Les voiliers sont tellement remplis de matériaux métalliques qu’un profane pourrait se demander comment ils restent à flot. Tout le gréement, c’est-à-dire le gréement, les barres de flèche et les haubans, mais aussi les différents éléments du gréement sur le pont, depuis les treuils, les palans, les chariots, les manilles et la quincaillerie jusqu’à l’aménagement intérieur d’un bateau, ses systèmes et bien d’autres choses encore, sont en métal. Différents types de métal, pour être précis.

En réalité, cependant, le véritable problème du métal utilisé à bord des bateaux de croisière à cabine n’est pas tant son poids, à l’exception des bateaux de course plus lourds. Le problème de plus en plus évident est sa faible qualité. Les métaux utilisés à bord des bateaux modernes durent moins longtemps, rouillent plus vite et sont plus sujets aux dommages et à l’usure. En bref, ils vieillissent plus vite et même lorsqu’ils sont conçus pour résister au brouillard salin et à l’usage marin, comme l’acier inoxydable, ils montrent leurs limites après quelques années, voire quelques mois d’utilisation. Comment cela est-il possible ? Pourquoi y a-t-il des bateaux datant d’il y a 20 ou 30 ans avec des armatures en acier qui sont encore solides et en bon état et des bateaux de croisière de 5 ans avec des gréements rouillés ? La durée de vie moyenne de l’acier devrait être d’environ 20 ans…..

Lire aussi : Gréement : avantages et inconvénients des alliages légers

Augmentation du coût de l’acier et baisse de la qualité

La principale raison de la faible résistance de l’acier inoxydable utilisé depuis quelques années à bord des voiliers est simplement qu’il est le plus souvent de mauvaise qualité. Ce phénomène découle de la raréfaction progressive des matières premières minérales, des systèmes de transformation et de production à faible coût, de la forte demande mondiale d’acier et du fait que la Chine est la “reine” incontestée de l’acier, un pays qui ne se distingue certainement pas par des produits de haute qualité. Les bateaux d’aujourd’hui contiennent beaucoup de matériel “chinois”, ce qui est souvent souligné. Les aciers chinois sont beaucoup plus ferreux – il suffit de poser un aimant sur le métal pour s’en rendre compte.

Comme chacun sait, l’acier est un alliage ferreux composé principalement de fer et de carbone, ce dernier ne dépassant pas 2,06%. L’acier inoxydable ou inox contient également du chrome, environ plus de 13%, qui lui confère la propriété de ne pas rouiller s’il est exposé à l’air et à l’eau. En s’oxydant au contact de l’oxygène, le chrome se transforme en dioxyde de chrome, qui crée une couche adhérente et très solide, empêchant toute nouvelle oxydation. L’acier inoxydable contient également d’autres métaux précieux, comme le molybdène, qui augmente encore la résistance à la corrosion des composants. Le molybdène lui-même était autrefois bon marché et les fabricants d’acier en mettaient beaucoup dans leurs pièces. Aujourd’hui, elle est beaucoup plus chère et seule la quantité minimale nécessaire à la certification est utilisée.

Acier de bordure

La Chine, premier producteur mondial d’acier

Acier de bordure. Pourquoi est-elle si éphémère ? La Chine est passée maître dans cette production à faible coût et est l’un des plus grands pays producteurs d’acier au monde. Selon la World Steel Association, 1 808 millions de tonnes d’acier brut sont produites chaque année dans le monde. Cette tendance est en constante augmentation, puisqu’il y a dix ans, le chiffre était de 1,343 million de tonnes. Et si ArcelorMittal est le plus grand géant de la planète, avec 96,4 tonnes produites chaque année, les pays asiatiques sont en tête. Après le groupe franco-indien, les deuxième, quatrième, sixième, septième, neuvième et dixième places du classement mondial sont toutes occupées par des entreprises chinoises. Au total, le pays du Dragon produit 928,3 millions de tonnes par an, soit 51,3% de l’acier en circulation. Et nous parlons d’avalanches de produits bon marché de qualité douteuse.

En outre, la Chine elle-même manque d’acier. Et ces dernières années, au lieu de produire le métal directement à partir du minerai, elle s’est lancée sur le marché de la ferraille, avec des prix qui ont par conséquent explosé. Les Chinois, mais aussi les Japonais, les Pakistanais, les Coréens et les Indiens parcourent le monde et la ferraille destinée à la sidérurgie est chargée sans arrêt dans les principaux ports internationaux.

Le résultat est que l’acier que nous achetons pour nos bateaux coûte plus cher et est beaucoup moins bon qu’il y a 30 ans. C’est pourquoi certains gréeurs avisés, lorsqu’ils se hâtent de changer le gréement ou un composant métallique obsolète, préfèrent restaurer plutôt que jeter et remplacer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.