Le coin navigation, un endroit stratégique pour la sécurité des bateaux

Malgré l’invasion des outils technologiques tels que la cartographie numérique, le GPS et surtout le PC, à bord des voiliers, la zone cartographique joue toujours un rôle stratégique dans la sécurité de la navigation. Voyons comment il est configuré et quels sont ses principaux composants.

Angle de navigation. Ces dernières années, la technologie à bord des voiliers a rendu les opérations de cartographie plus immédiates et plus pratiques. Aujourd’hui, le marin n’a besoin que d’un clic pour obtenir instantanément des données actualisées sur le cap, le point du navire, l’angle de dérive, les lignes bathymétriques et les points remarquables. En tapant quelques touches sur son PC ou son smartphone, on peut recevoir en temps réel des informations sur la météorologie ou les ports d’escale. Il faut toutefois souligner que si la cartographie numérique, le GPS, les PC et les traceurs rendent plus faciles et plus précis les calculs nécessaires à la navigation, facilitant ainsi la navigation, il s’agit de dispositifs complémentaires qui ne remplacent pas les instruments de navigation traditionnels – cartes marines, équerres et compas – qui doivent de toute façon être préparés et conservés soigneusement à bord, prêts à être utilisés pour vérifier à tout moment les données fournies par l’électronique.

C’est ainsi que sous le pont, le coin navigation continue à être une zone stratégique à bord d’un voilier de croisière, surtout pour la sécurité de la navigation, même si inévitablement, justement à cause des innovations technologiques, il a changé de look ces dernières années. Voyons comment cet espace est organisé, ses composantes et les instruments qu’il abrite.

Lire aussi : La voile : les instruments qui guident le parcours

Désolé, pour le tableau ? Au bas de l’échelle de tribord

Angle de navigation. Sur la plupart des voiliers, la salle des cartes est située à tribord de la descente de la descente, avec une configuration en poutre et une orientation vers la proue. Cet emplacement est pratique et fonctionnel pour la vie à bord et la sécurité : la proximité de la descente permet de communiquer facilement avec le reste de l’équipage dans le cockpit et réduit le temps nécessaire pour atteindre le pont s’il est nécessaire de manœuvrer rapidement. La position de la table dans le sens de la marche est la solution la plus raisonnable, ne serait-ce que pour éviter de banales erreurs d’orientation lors du travail sur la carte. Plus gênante et moins efficace, en revanche, est la disposition de la table sur le côté, avec des difficultés évidentes pour établir des cartes en cas de gîte du bateau.

Bien que la position de la salle des cartes sur les bateaux de croisière modernes rappelle les schémas classiques, il faut souligner que cet espace a pris une conception complètement différente par rapport au passé : plus contenu en termes de volume, mais aussi plus polyvalent, essentiel et contigu au type carré, “open space”. Aujourd’hui, la technologie permet en effet de gagner de l’espace, de vivre les espaces de manière plus décontractée. En fait, il ne reste du passé que la table et les panneaux muraux pour les écrans et les tableaux.

Coin navigation

Une table plus petite, mais de nombreux tableaux de bord

L’élément de ponçage le plus important reste la table, qui a toutefois vu ses dimensions réduites : elle mesurait autrefois environ 60 x 80 centimètres, alors qu’aujourd’hui elle mesure généralement 50 x 60 centimètres, ce qui ne permet de poncer qu’avec le papier plié en deux. Les sièges sont également plus petits que par le passé : il est désormais difficile de trouver la classique planche à poncer avec une largeur d’assise de 40 à 50 centimètres ; on utilise généralement des sièges plus petits et rabattables, voire le siège du carré. Les espaces alloués aux cartes marines tels que les compartiments ou les tiroirs sont également très réduits, les supports pratiques pour les petits carrés ou les crayons ont presque disparu, et les bibliothèques pour ranger les livres de pilotes, le livre des phares, les livres et autres publications utiles ont également rétréci.

Coin de navigation. Certains détails typiques des tableaux classiques ont disparu, tels que le plateau incliné, les mains courantes sur le bord des tables elles-mêmes et les dessus antidérapants pour les pieds. Au lieu de cela, de nouveaux accessoires sont apparus, tels que les petits tableaux de bord modulaires positionnés sur la table, les barres en acier inoxydable sur lesquelles les différents écrans peuvent être fixés, ou les sièges ergonomiques et anti-roulis.

Angle de navigation

Avec le PC à bord, tout a changé

Coin de navigation. L’ordinateur joue certainement le rôle principal dans le coin de la navigation aujourd’hui. Le potentiel technologique offert par les logiciels récents permet en effet de gérer à partir d’une seule machine compacte une grande partie des données indispensables à la navigation : cartographie numérique, GPS, radar, sondeur, pilote automatique, etc. Aujourd’hui, avoir un PC à bord signifie avoir une véritable station de contrôle “miniature”. C’est pourquoi, dans les yachts modernes, sont apparus des étagères profilées et antidérapantes pour le “laptop” (PC portable), des compartiments spéciaux sur le côté ou dans le support de table pour loger la “tour” (processeur de bureau), des supports coulissants placés sous la table pour ranger le clavier, et des espaces pour loger les différents moniteurs. Des environnements, en somme, conçus pour utiliser cet équipement à la fois puissant et délicat, même sur un bateau : roulis, humidité, chocs et embruns salés sont toujours aux aguets.

Angle de navigation

Le tableau électrique, le “cœur” des appareils de bord

Le tableau de distribution est toujours fixé à la table à cartes, mais dans une version évoluée. Elle est passée d’une douzaine de commutateurs à une trentaine. De l’interrupteur principal qui permet d’utiliser les batteries ensemble ou séparément, aux lumières intérieures, aux feux de navigation, au guindeau, à la radio vhf et au réfrigérateur. Aujourd’hui, le panneau électrique des bateaux est une console de commande située à côté de la table à cartes, où convergent les fils de tous les équipements du bord. Lors de la conception de l’intérieur d’un bateau, le concepteur ne peut manquer de tenir compte de la présence complexe de fils électriques menant au “cœur” du bateau. Le panneau électrique est généralement placé sur le côté dans une armoire en caisson dont la porte à charnière est le panneau de commande lui-même.

Coin de navigation. L’intérieur abrite également certains terminaux d’instruments, notamment les panneaux de commande des pilotes électriques, les ordinateurs, la radio vhf, les onduleurs, les panneaux solaires ou l’éolienne, etc. Cette partie cachée du tableau de distribution doit être bien isolée de la chaleur et de l’humidité. Lorsque le panneau est fermé, on ne voit que des interrupteurs, chacun indiquant l’utilité correspondante : une unité de contrôle “centrale” qui permet au capitaine de garder sous contrôle tous les composants électriques et électroniques du bateau.

La navigation estimée, un art marin mortifié par le gps

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.