La revanche des hors-bord : mode ou choix rationnel ?

Le secteur des moteurs hors-bord a connu un développement sans précédent ces dernières années, les fabricants du monde entier s’efforçant d’obtenir toujours plus de puissance. Les chantiers navals eux-mêmes prévoient également d’équiper les grands bateaux de moteurs hors-bord. Voyons pourquoi cette tendance du marché est apparue.

Ces dernières années, les moteurs hors-bord sont devenus de plus en plus puissants, et les chantiers et concepteurs de yachts et de bateaux pneumatiques ne sont plus conditionnés par la nécessité d’équiper leurs modèles de propulseurs exclusivement in-bord. Au contraire, la tendance à équiper les bateaux, même les plus grands, de moteurs hors-bord est de plus en plus répandue et consolidée, afin de gagner de l’espace à l’intérieur du bateau et de réduire les coûts d’achat et d’entretien. Une véritable révolution qui a obligé les fabricants de hors-bord à s’activer dans la recherche d’une puissance toujours plus grande. Cela explique l’escalade de la puissance et la propagation des moteurs doubles, triples et même quadruples à bord de maxi-ribs et de yachts insoupçonnés.

Pourquoi cette croissance constante des hors-bords alors que l’alternative est souvent le même modèle de bateau mais avec un moteur diesel incontestablement moins cher en usage courant ? Et surtout, cette escalade de la puissance des hors-bord est-elle un simple effet de mode ou un choix rationnel ?

Une révolution qui a commencé aux États-Unis

Étant donné que les États-Unis dictent leur loi dans le secteur de la plaisance, les dernières statistiques publiées par la NMMA (National Marine Manufacturers Association) lors du dernier salon nautique international de Miami nous aident à mieux comprendre pourquoi ce secteur connaît une profonde évolution. La première statistique est que l’on vend de plus en plus de bateaux à moteur. 2018 a été la septième année consécutive d’augmentation des ventes. Les bateaux vendus alors sont de plus en plus grands et, par conséquent, ont besoin de plus de puissance.

En 2000, 20 % des bateaux vendus aux États-Unis étaient propulsés par un inboard, 26 % par un hors-bord de plus de 100 chevaux et 54 % par un hors-bord de moins de 100 chevaux. En 2018, les bateaux à propulsion in-board n’étaient que 4 %, 49 % avaient un hors-bord de plus de 100 chevaux, et 47 % étaient propulsés par des hors-bords de moins de 100 chevaux.

Le maxi hors-bord séduit aussi en Europe

En bref, la demande de hors-bord toujours plus puissants a connu une croissance spectaculaire ces dernières années. Et étant donné que le marché américain des hors-bord absorbe plus de 200 000 mille unités par an, il est clair que tous les fabricants s’alignent sur ces tendances. Et en Europe, la tendance est plus ou moins la même, avec évidemment des chiffres beaucoup plus faibles qu’aux États-Unis.

Outre le géant américain Mercury, qui a récemment présenté le nouveau moteur V8 Racing 450R, tous les motoristes relancent des modèles de plus en plus puissants : c’est le cas de Seven Marine (527, 577 et 627 chevaux), de Yamaha (425 XTO Offshore), de Suzuki (DF350 Dual Prop), de Honda avec un monobloc 8 cylindres inédit de 300, 350 et peut-être même 400 chevaux. En bref, le marché et l’industrie des moteurs marins sont confrontés à l’une des révolutions les plus extraordinaires de leur histoire. Le phénomène est mondial et ne concerne pas seulement les Américains et les Arabes qui peuvent avoir des coûts de carburant plus favorables et une plus grande disponibilité économique. Aujourd’hui, la demande augmente également à l’Est et en Méditerranée. Y compris en Italie, où l’incidence de quelques centaines de moteurs de plus de 300 CV sur un marché d’environ 17 000 hors-bord vendus chaque année est encore assez limitée.

Des hors-bords moins chers, plus légers et plus efficaces

Mais quels sont les avantages concrets d’un moteur hors-bord de grande cylindrée ? À puissance égale, un moteur diesel coûte plus cher qu’un moteur à essence, de sorte que l’économie d’utilisation n’intéresse, si l’on fait bien les calculs, que ceux qui naviguent vraiment beaucoup plus. Les hors-bord consomment toujours moins, mais surtout ils sont plus légers, ce qui contribue à réduire la consommation globale. Les hors-bord sont également, par définition, extérieurs au bateau, et n’ont donc pas besoin d’une salle des machines, ce qui permet de gagner de l’espace pour les personnes à bord du bateau.

N’oublions pas non plus un autre avantage important, puisque nous parlons dans la plupart des cas de croiseurs modernes : avec l’assiette, un bateau équipé de moteurs hors-bord peut s’introduire dans les criques ou les baies les plus charmantes en se rapprochant le plus possible de la côte. Et enfin, le fait qu’ils soient accrochés à la poupe, avec la calandre portant le numéro de la puissance en évidence, une tentation à laquelle peu de propriétaires peuvent résister.

Avec un hors-bord, vous voulez moins de problèmes

En réalité, l’idée que le maniement des hors-bord est moins complexe et pénible que celui des in-bord n’est qu’une vérité partielle, car si l’équipement de bord est quelque peu simplifié, il est également vrai que l’entretien est très similaire, avec peut-être un certain avantage en ce qui concerne le pied, car celui de l’arrière reste dans l’eau tandis que le hors-bord peut être soulevé, mais la différence est minime en fin de compte. Vous perdez alors la plate-forme arrière, bien que les chantiers navals sachent souvent comment créer des plates-formes arrière plus larges et plus confortables sur les côtés du cockpit du hors-bord. Les accessoires sont également les mêmes pour les deux et la consommation de carburant correspond à celle des inboards à essence, il n’est donc pas facile de trouver des raisons rationnelles.

Il n’en reste pas moins qu’un pourcentage important de la demande de moteurs hors-bord provient d’anciens propriétaires de grands bateaux qui les ont vendus pour avoir moins de problèmes de gestion et qui visent maintenant un bateau agile et facile à conduire sans marin, mais qui satisfait quand même leur ego.

En résumé, pour conclure, si l’on doit motoriser un bateau de 10-12 mètres avec l’idée de l’utiliser pour de courtes croisières puis le week-end pour de rapides sorties quotidiennes, en pratique l’utilisation de la grande majorité de ces bateaux, le choix d’utiliser une paire de hors-bords musclés a du sens, dans les autres cas on ne cède qu’à une mode dont seul le temps dira si elle est éphémère ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.