Du bloc à l’anneau : comment les manœuvres de pont évoluent-elles ?

L’une des grandes innovations dans l’accastillage des voiliers modernes est l’anneau de glissement, plus connu sous le nom d’anneau. Quels sont leurs avantages ? A quelles manœuvres s’appliquent-elles ? Cela vaut-il vraiment la peine de “relooker” votre bateau avec ces accessoires ?

Ces dernières années, les fibres textiles ont remplacé les manilles, les mousquetons et les pastelles, ainsi que les haubans, les dragues et les haubans à bord des bateaux. De nouveaux matériaux tels que le Dyneema, le PBO, le Vectran, le polypropylène, le polyester HT, le Kevlar, le Supercable et les fibres aramides remplacent l’acier dans d’innombrables contextes, de l’équipement de pont au gréement. Les anneaux à glissement élevé, mieux connus sous le nom d'”anneaux”, constituent l’une des grandes innovations du moment. Mais à quoi servent-ils ? Les anneaux remplacent essentiellement les blocs. Et pas seulement des chaumards, mais aussi des palans en cascade pour les points d’écoute du hale-bas, du pataras ou du foc. Depuis qu’ils ont été commercialisés vers 2005, ils ont littéralement envahi le marché de la plaisance. Les plaisanciers, on le sait, ont depuis longtemps choisi la voie de la navigation facile et de l’équipement simple et préfèrent souvent les anneaux sans pièces mobiles et qui ne se cassent pas aux poulies traditionnelles.

Mais quels sont les avantages de ces matériaux innovants ? Quelles sont précisément les manœuvres concernées ? Et surtout, vaut-il vraiment la peine de “relooker” son bateau sous la bannière de ces accessoires ? Voyons cela ensemble dans ce guide.

Le bloc, roi des manœuvres de voile

Nous connaissons tous l’histoire du bloc et ses extraordinaires qualités marines qui en ont fait une pierre angulaire de l’équipement de bord des voiliers. Au début du 19e siècle, des dizaines de voiliers arrivaient quotidiennement dans tous les grands ports européens et non européens et plusieurs milliers d’entre eux traversaient les océans. Chaque voilier avait à son bord plus d’une centaine de poulies, grandes et petites, car toutes les manœuvres se faisaient exclusivement à l’aide de poulies. Ces blocs de bois et de chanvre avaient d’ailleurs une durée de vie assez courte, disons quelques traversées d’Europe en Amérique, après quoi ils devaient tous être changés. C’était un commerce incroyable pour les gréeurs : rien qu’aux Royal Dockyards de Southampton en Angleterre, quelque 130 000 blocs par an étaient produits au début des années 1800.

Puisque dans tous les ports du monde, chaque voilier devait trouver les blocs de rechange nécessaires, il y a eu également une standardisation, c’est-à-dire une réglementation qui a régulé la production, comme une sorte de grand catalogue qui prévoyait les différents types et tailles que tous les constructeurs devaient suivre, de sorte que dans le port de Gênes ou de Liverpool, on pouvait trouver exactement le même produit. Aujourd’hui, après de nombreuses années d’une carrière honorable, le bloc voit apparaître une sorte de concurrent, l’anneau, qui dans certains cas est plus efficace. Mais est-ce vraiment la fin d’une tradition ?

Anneau sur un bateau de course

Une solution innovante importée du monde de la course

Comme souvent, le monde de la croisière observe ce qui se passe sur les champs de course pour tenter d’améliorer les performances des coques. La même chose s’est produite avec les bagues. En fait, les premières applications des anneaux et des équipements de manœuvre en textile sont apparues au milieu des années 2000 sur les équipements de pont des Mini 650, des Class 40 et des yachts de course de 50 ou 60 pieds. Aujourd’hui, on les voit aussi de plus en plus sur les bateaux de croisière.

Les chantiers eux-mêmes apprécient les avantages des anneaux, notamment leur faible coût de production, tandis que les marins sont conquis : ils sont légers, peu coûteux et faciles à utiliser.

Anneaux en Dyneema

Identikit d’un anneau : le secret est dans le Dyneema

Mais à quoi ressemble concrètement une bague ? Les anneaux sont des disques composites avec un trou central et une gorge latérale. Mais depuis leur première série, ils ont évolué vers différentes formes pour répondre à différents usages. Le succès de l’anneau a été démultiplié par la découverte du Dyneema, une fibre très solide et rigide qui, étant très facile à plomber, a conduit à une série de blocs qui ont été attachés, pour ainsi dire. L’attache généralement en ligne remplace non seulement les attaches en acier, c’est-à-dire les manilles et les mousquetons, mais aussi la structure du bloc lui-même. Une boucle en Dyneema entre dans le trou du moyeu central de la poulie et supporte la charge. Une poulie et une boucle constituent la solution la plus légère et la plus solide à ce jour.

Mais le Dyneema a aussi une autre caractéristique : il est extrêmement glissant et c’est en exploitant cette qualité que le remplaçant du bloc, l’anneau, est né. Avec les anneaux, il n’y a même plus de poulie, mais seulement un anneau lié à la rainure extérieure qui laisse glisser une manœuvre à l’intérieur, de préférence en Dyneema, étant donné la friction réduite produite par cette fibre. Il n’existe actuellement aucune solution plus légère, plus solide ou même moins chère.

Couverture de l'anneau

Où la bague peut-elle être armée ?

S’il n’est nullement facile d’établir dans quelle mesure l’utilisation de poulies est plus pratique que celle d’anneaux, il existe de nombreux cas à bord où les charges permettent l’utilisation d’anneaux. Cela est également dû au fait que de nombreuses manœuvres sur le bateau ne sont pas aussi courantes que d’autres, mais qu’elles sont préparées ou confortables, soit parce qu’elles sont tendues avant d’être réellement utilisées, soit parce qu’elles portent de faibles charges, soit enfin en raison de la faible fréquence de leur réglage. Il s’agit d’une liste valable pour les bateaux de petite à moyenne taille lorsqu’on utilise l’anneau : chutes de hale-bas, point d’amure du gennaker, point d’écoute du foc, lazy jack, pataras, seuil de prise de ris et partout où l’angle de déviation est faible.

Combien peut contenir une bague ? Beaucoup. Plus qu’il n’en faut. Les anneaux ne se cassent pas et ne perdent pas leurs propriétés de glissement.

Frottement de l'anneau

Le problème de la friction

Bien sûr, il faut souligner qu’il y a plus de friction avec l’anneau que sur un bloc et il ne sera jamais rentable de construire une poulie à plusieurs voies avec des anneaux. Mais quel est le degré de friction supplémentaire par rapport à un bloc traditionnel ? Cela dépend de deux points principaux : l’angle de déviation (180° donne des valeurs de friction plus importantes que les angles de 90°) et la poulie (plus le nombre d’anneaux est élevé, plus la friction est importante). Il ne faut pas non plus s’attarder sur le fait que cela dépend également de la qualité de l’anneau et du matériau du textile. En nous concentrant sur les deux premiers aspects (angle et nombre), nous pouvons faire la lumière sur la question complexe de la friction. Premièrement : les anneaux ne conviennent pas à toutes les manœuvres. Deuxièmement : les anneaux sont choisis dans les cas où une perte de friction est acceptable, notamment au regard d’autres avantages (poids, coût, taille, durabilité, résistance).

En résumé, les avantages reconnus de l’anneau sont la résistance, la légèreté, une plus grande flexibilité et la charge de traction supportée. Il existe des solutions plus ou moins adaptées en fonction de l’utilisation que vous faites de votre bateau. Si vous êtes un marin avancé, il convient d’examiner attentivement si vous devez les embarquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.