Conseils pour l’installation des lignes de jack

Le rinçage à l’eau fraîche est d’une importance capitale. à la fin de votre sortie ou de votre croisière, et démontez-les si vous décidez de remiser le bateau pour l’hiver. Le conseil, si vous les mettez hors service, est de les stocker dans un environnement sec et ventilé jusqu’à la saison suivante. Après deux ans d’utilisation continue ou quatre saisons, il est toujours nécessaire de les remplacer par de nouvelles sangles.

Charges en jeu et résistance à la rupture

En ce qui concerne les lignes de jack, les règlements de l’ISAF recommandent une résistance à la rupture minimale de 4 500 livres pour la sangle, bien qu’une charge plus élevée soit recommandée pour les coques de plus de 40 pieds de long. Le facteur de sécurité minimal est de 2,4 : 1, sur la base des charges dynamiques. Cela signifie que, quel que soit le matériau utilisé, il doit pouvoir résister à 2,4 fois le poids généré par un corps tombant dans l’eau ou traîné par le bateau à pleine vitesse. Lors des essais, tous les fabricants de ces câbles se sont rendu compte de l’importance de l’utilisation de l’énergie. l’élasticité de la ligne de jack peut avoir un impact important sur l’efficacité de la ligne et malgré l’approche générique de la Fédération internationale de la voile (ISAF) concernant les normes relatives aux lignes de jack, le meilleur matériau pour une ligne de jack parfaite varie en fait en fonction de la longueur du bateau. En général, un bon câble de levage doit résister à une force d’au moins 2 tonnes.

Même si vous utilisez les poignées existantes sur le pont pour fixer la ligne de jack, sur les petits bateaux de croisière à cabine, il n’est pas facile de trouver des structures suffisamment solides et capables de résister aux charges impliquées. Dans tous les cas, les poignées utilisées à cette fin doivent être correctement dimensionnées et, si nécessaire, renforcées.

Comment installer le jack-line sur le pont : les points critiques

L’installation du jack-line n’est pas compliquée, sauf à prendre en compte quelques précautions. Pour faciliter l’installation, ils sont fabriqués avec une ligne de jack à une extrémité et sont disponibles en différentes tailles ou réglables en fonction de la longueur du bateau. Les lignes de jack fonctionnent mieux quand elles sont armées d’un circuit fermé.afin qu’ils puissent marcher en toute sécurité sur tout le pont, de la proue à la poupe, sans avoir à déboucler leur ceinture et à la reboucler.

En outre, il est conseillé d’installer la ligne de jack au milieu du navire, c’est-à-dire à l’intérieur par rapport aux ponts avant, et de la faire passer à travers le rouf. Il est préférable de fixer ou de faire courir une extrémité à l’avant, à un point central, éventuellement derrière le guindeau, tandis que les extrémités arrière peuvent être fixées sur le pont sur les chaumards près du début du cockpit. Selon les différentes configurations de gréement, le passage peut donc être plus ou moins difficile à la hauteur de la connexion du gréement. Une deuxième façon de gréer le jack-line consiste à diviser les sangles en deux près du pied de mât, divisant ainsi le passage de la poupe à la proue en deux étapes distinctes. Le point d’attache à partir du pied de mât sera le même, mais l’un passera à l’arrière sur le côté bâbord et l’autre sur le côté tribord. Ce deuxième système est recommandé sur les bateaux ayant une largeur maximale considérable.

Réparer la ligne de vie : tous les points stratégiques

Pour l’installation d’une ligne de vie, il est très important de pouvoir s’appuyer sur des points fixes et solides. à laquelle attacher la ceinture de sécurité dans le cockpit et à la barre. Il s’agit généralement d’anneaux en acier inoxydable fixés à des contre-plaques. À moins qu’ils n’aient été fournis par le chantier naval (uniquement pour les bateaux modernes de catégorie A et B), vous devez installer vous-même ces points pour fixer le cordon. Assurez-vous qu’ils sont correctement installés, fixés au pont par des contre-plaques, et qu’ils sont de taille adéquate. Les meilleurs endroits pour les installer sont près de la descente pour aller sous le pont et près de la timonerie. Le cockpit doit avoir au moins un point d’attache fixe dédié à la ligne de jack, mais pensez à installer des poignées à d’autres points stratégiques du pont, comme la base du mât par exemple. Comment procéder ? Idéalement, les poignées doivent être installées en tenant compte de l’itinéraire et des mouvements nécessaires pour atteindre toutes les manœuvres.

La ceinture de sécurité et le cordon ombilical

La ceinture de sécurité, c’est-à-dire le harnais équipé d’un crochet que porte l’équipage, lui permet de se connecter à la ligne de vie via un câble équipé de mousquetons appelé cordon ombilical. Cet accessoire doit être suffisamment long pour vous permettre de vous tenir debout et de vous déplacer librement sur le pont, mais suffisamment court pour vous empêcher de tomber dans l’eau. Le marché propose des cordons ombilicaux en forme de Y équipés de deux rubans d’ancrage de différentes longueurs qui nous permettent d’arrimer la deuxième cale au point fixe suivant avant de se désengager de la ligne de jack. Le ruban le plus court, d’environ un mètre, est utile dans le cockpit, le second plus long (généralement 2 mètres) pour se déplacer sur le pont de la proue à la poupe. Veillez ensuite à ce que le mousqueton avec lequel vous vous attachez à la ligne de jack soit doté d’un cran de sécurité, afin d’éviter une ouverture soudaine et involontaire. Et n’oubliez pas de ne jamais vous attacher ni aux haubans ni au pataras, car vous risquez d’endommager sérieusement votre gréement en cas de chute.

Lire aussi :

Ceinture de sécurité et homme à la mer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.