Comment libérer une ancre échouée – a-babordStore Blog

Il arrive à plus ou moins tous les plaisanciers que leur ancre s’échoue au fond de la mer lors d’un mouillage ou qu’elle soit coincée par celle d’autres bateaux. Avec les bonnes manœuvres et les bons dispositifs, le libérer ne pose aucun problème.

Le sujet de l’ancre échouée et des différentes manières de la libérer est toujours très présent dans l’esprit des plaisanciers. Tous ceux qui prennent la mer ont un jour ou l’autre rencontré le problème de devoir libérer une ancre coincée sous un rocher, coincée dans une autre ancre ou écrasée par une grosse chaîne. Dans ce cas, il faut faire appel à toute son expérience de la navigation et à son répertoire de manœuvres et d’astuces pour ramener le précieux “fer” à bord. Ce n’est pas toujours facile et certaines batailles avec des ancres échouées sont mémorisées et racontées par les marins au même titre que les tempêtes. Malheureusement, l’éventualité que l’ancre soit difficile à récupérer n’est pas rare.

Certains plaisanciers expérimentés se familiarisent avec l’événement, pour tous les autres, il ne reste plus qu’à étudier et à se préparer au pire. Souvent, ce n’est pas une question de malchance, mais plutôt de la prudence avec laquelle le skipper procède à la manœuvre d’ancrage. Lorsque, par exemple, on jette l’ancre sur un fond rocheux, tout le monde sait que la grippia est indispensable. Ou si l’on doit jeter l’ancre dans un port bondé, il est essentiel de chercher soigneusement à s’aligner sur sa place. Cependant, il existe des cas où l’on ne peut rien faire d’autre que d’essayer de réparer les dommages causés par d’autres. Voici donc un guide avec une série de conseils sur la façon de libérer l’ancre de votre bateau.

Lire aussi : Echouement et échouage : comment sauver le bateau ?

Comment libérer une ancre échouée sur le fond marin

La situation la plus courante est que l’ancre s’échoue sur le fond marin. Cela arrive surtout dans le cas de fonds rocheux. Dans ce cas, il faut utiliser la griffe, accessoire qui, de tous, donne la meilleure garantie de succès dans les opérations d’expédition de fer. C’est une ligne aussi longue que notre ligne d’ancre, attachée au diamant de l’ancre. Puisqu’elle est attachée à l’ancre elle-même, la corde doit être mise en place avant de la lancer, pour l’accompagner jusqu’au fond, puis attacher l’autre extrémité à la poupe. Au moment où l’on veut lever l’ancre, il suffit de monter sur l’ancre et, si elle s’échoue, de tirer sur la griffe pour la faire partir.

Une variante qui rend la grippia beaucoup plus facile à utiliser est la grippiale. Il s’agit d’une griffe qui ne vient pas à bord, mais qui est fixée à un petit flotteur appelé “grippiale”. Celle-ci est jetée à l’eau lorsque l’ancre est donnée et reste flottante à la verticale de celle-ci. En cas d’ancre échouée, en laissant la chaîne dans la bouée, la proue du bateau est amenée jusqu’à la “grippiale”, récupérée et l’ancre est jetée, ce qui permet de naviguer sans problème.

toujours bloqué

Quand une torpille volante est nécessaire

Mais il peut aussi arriver qu’à cause d’un mauvais calcul ou d’un oubli, on n’ait pas gréé la griffe et que l’ancre s’échoue entre deux rochers, peut-être à une profondeur de 18 mètres. La solution est le grappin volant. Vous prenez une ligne et faites une boucle autour de la chaîne, puis vous y attachez un poids en plomb d’un kilo du type plongée. Ensuite, on aile autant de chaîne que possible jusqu’à ce que le bateau atteigne la verticale de l’ancre. La boucle est ensuite tirée le long de la chaîne jusqu’en bas.

A ce stade, il faut faire glisser la boucle le long de la tige de l’ancre. Vous pouvez aider avec le bateau de service ou avec le bateau lui-même : prenez la ligne et tirez-la lentement du côté opposé à la chaîne, en l’accompagnant de petits tirages. De cette façon, la ligne va marcher le long de la broche jusqu’à ce qu’elle arrive à la même position où se trouve habituellement la griffe. Cette astuce fonctionne dans la plupart des cas, sauf avec l’amirauté. Une fois que la ligne est en place, vous tirez dessus et l’ancre se détache, libérant le bateau.

Lire aussi : Quand le fond est hors de vue

Un port bondé ? Attention aux autres chaînes sur le fond

Lorsque nous devons nous amarrer dans un port bondé, il est essentiel de regarder attentivement l’alignement en place. Comment procéder ? Après avoir positionné la proue à l’endroit exact où l’ancre doit être jetée, il faut s’arrêter un moment, si le vent le permet, et descendre la chaîne jusqu’à ce qu’elle touche le fond. Ce n’est qu’alors que l’on peut reculer, en étant sûr que l’ancre est dans l’axe de notre amarrage. Le hisser sans le laisser labourer le fond de la mer est indispensable lorsque vous êtes sûr d’être sur la chaîne de quelqu’un d’autre. Cette manœuvre permet d’éviter tous les problèmes causés par les câbles, les filets et les cadavres immergés que l’on trouve toujours dans les ports.

Si l’alignement devant le poste d’amarrage échoue et que la chaîne atterrit sur celle d’autres bateaux, des mesures doivent être prises immédiatement. Le premier bateau qui sort entraîne notre chaîne et nous oblige à refaire la manœuvre. Il est donc préférable de récupérer l’ancre immédiatement et de refaire la manœuvre. Le problème est précisément de récupérer l’ancre. Si nous nous trompons dans cette opération, nous nous retrouverons avec un tas de chaînes tordues et beaucoup d’ancres déchirées. Le truc, c’est de sortir comme on est entré. La chaîne ne doit jamais sortir : si cela se produit, l’ancre risque de s’enfoncer et d’entraîner les chaînes du fond avec elle.

Comment libérer une ancre échouée sur d’autres chaînes

Lorsque nous sommes amarrés dans la rade, il peut arriver que d’autres mettent accidentellement leur ancre sur la nôtre. S’il n’y a personne à bord de l’autre bateau pour aider à filer la chaîne, vous devrez vous débrouiller tout seul. Vous devez sortir de votre poste d’amarrage très lentement et essayer de mettre le bateau à la verticale de la chaîne. Lorsque la chaîne est tirée vers le haut par le guindeau, le mouilleur ressent des vibrations : cela signifie que l’autre chaîne glisse sur la nôtre. Il est peu probable que l’ancre atteigne la surface de l’eau car elle est retenue par la chaîne qui la surplombe, mais elle s’approchera généralement suffisamment de la surface pour pouvoir passer une ligne en queue de cochon sous la chaîne qui l’emprisonne.

Après avoir amené le doublet à bord, il est fixé à un taquet. À ce stade, la chaîne de l’autre bateau est suspendue à notre ligne. Vous descendez maintenant votre ancre de quelques mètres, qui, sans le poids de la chaîne sur elle, pourra se balancer et se libérer. Après avoir ramené l’ancre à bord, nous détachons la ligne et la chaîne qui nous a donné tant de mal coule à nouveau et nous pouvons enfin quitter le port.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.