Chaîne ou câble textile ? La sécurité des bateaux est décidée

Tenue forte, solidité, poids important ou, au contraire, légèreté et exposition aux coupures et déchirures sont les avantages et inconvénients de la chaîne en acier et du câble textile utilisés comme alternative à l’amarrage. Comment choisir l’un et l’autre en fonction de la taille du bateau et quelle longueur et quel diamètre ils doivent avoir pour garantir un ancrage sûr dans toutes les situations.

Le travail de l’ancre dans un amarrage en rade est efficace lorsqu’elle s’accroche bien au fond de la mer. En plus du poids de l’ancre qui la pousse vers le fond, il est essentiel que la traction soit parallèle à la surface du fond marin, de sorte qu’elle doit déplacer une grande quantité de sable, de terre, de cailloux ou de boue pour se déplacer. Au contraire, afin d’annuler cette efficacité lorsque vous décidez de l’envoyer en récupérant la chaîne, vous essayez d’avoir une traction aussi verticale que possible.

En comprenant ce travail efficace de l’ancre, il est clair comment utiliser une chaîne et choisir la longueur, le diamètre et le poids corrects est d’une grande importance. Les avantages de la chaîne sont principalement liés à son poids, par rapport à une corde, par exemple. C’est en effet son poids même qui permet de le maintenir sur le fond et de fournir une traction horizontale à l’ancre. Toujours le grand Toujours le poids lui permet d’agir comme un amortisseur lorsqu’il y a un vent fort au mouillage. Cette dernière caractéristique transforme l’ancre apparemment rigide en quelque chose de très élastique, de manière à minimiser les risques de tiraillement fort qui est la principale cause de rupture ou la possibilité que l’ancre puisse labourer, ainsi que de rendre l’amarrage extrêmement inconfortable pour les personnes à bord. Enfin, on ne peut nier qu’une chaîne est sans aucun doute plus solide que n’importe quelle corde faite de cordon textile, un matériau qui peut toujours s’user ou se couper contre des rochers pointus.

Impératif : ne jamais sous-dimensionner les matériaux

Quelle longueur et quel diamètre choisir alors pour la chaîne d’ancrage ? Le registre naval italien, plus connu sous le nom de Rina, définit avec précision et sans ambiguïté le type de chaîne et de câble que vous devez avoir à bord, mais comme il s’agit du résultat d’un calcul complexe qui prend en compte certaines caractéristiques du bateau qui ne sont pas toujours faciles à trouver, comme la surface du profil de la coque ou la hauteur de construction, les propriétaires ont souvent recours à des tableaux standard plus simples. Ce n’est pas faux, mais afin de se prémunir contre un sous-dimensionnement risqué, il est bon de toujours adopter des longueurs et des mesures légèrement supérieures à ces tableaux.

Pour donner un exemple pratique, pour un bateau de 12 mètres de longueur totale, la chaîne doit mesurer au moins 25-30 mètres de long et avoir un diamètre de 9-11 millimètres. Un bateau de 16 mètres, en revanche, doit utiliser une chaîne d’au moins 40 à 50 mètres de long et de 12 à 14 millimètres de diamètre.

Poids, calume, performance les éléments à peser

Alors pourquoi des chaînes aussi longues ? Simple, car la distance séparant l’ancre du bateau par rapport à la profondeur du fond marin est d’une grande importance dans un mouillage. Pour que la traction parallèle au fond soit vraiment efficace, le trait, c’est-à-dire la longueur de la chaîne descendue dans l’eau, doit être de 4 à 5 fois la profondeur du fond marin. Une règle générale est donc d’avoir à bord une chaîne d’une longueur au moins égale à 5 fois la longueur de la coque, en mètres linéaires de chaîne.

Quand utiliser un câble textile lors d’un ancrage ? Le poids de la chaîne, comme nous l’avons vu, est crucial pour un ancrage efficace. Et pourtant, à bord d’un bateau, surtout d’un voilier, c’est aussi un inconvénient majeur qui affecte la bonne répartition du poids à bord, l’assiette et les performances du bateau en navigation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.