bateau et dispositifs personnels

Pour accomplir la traversée de l’Atlantique Arc+, des îles Canaries aux Caraïbes, Luca Sabiu et ses élèves de Mastersail à bord du Class 40 Flow peuvent compter sur un certain nombre de dispositifs personnels et de dispositifs du bateau pour leur sécurité.

La sécurité est un élément clé de la navigation en mer. Les longues distances, l’éloignement de la côte et le fait d’être complètement seul en cas d’urgence exigent du skipper et de son équipage qu’ils accordent la plus grande attention à la prévention et à la maîtrise des éventuelles pannes, accidents et situations critiques. C’est pourquoi la sécurité personnelle et la sécurité du bateau lorsqu’on est à bord est le centre d’intérêt de Luca Sabiu, le centre de gravité de tout son travail d’entraîneur de voile. Plus encore dans le cadre de son projet “Ocean to Race Arc+”, qui le voit participer à l’Arc+ 2021, une traversée de l’Atlantique des îles Canaries aux Caraïbes, à bord du Clss 40 Flow, avec un groupe restreint d’étudiants de Mastersail. L’objectif est de les former en tant que skippers océaniques, et les préparer à naviguer en toute sécurité est une véritable mission pour Luca.

Voyons donc quels dispositifs dédiés à la sécurité des personnes et des bateaux sont installés à bord de Flow dans le cadre de cette participation à Arc+. Commençons par l’équipement des différents membres de l’équipage.

Lire aussi : Arc+ démarre : a-babordStore aux côtés de Luca Sabiu

Gilet de sauvetage, harnais et ombilical

Toute l’équipe de Flow est équipée d’un gilet de sauvetage autogonflant avec lampe, d’une cagoule, d’un sifflet, d’un harnais à trois points et d’un ombilical à attacher à la ligne de jack embarquée, comme l’exige l’organisation Arc+. L’équipage naviguant à bord d’un bateau a mille occasions de tomber à la mer : on peut être projeté par-dessus bord par un coup de bôme ou glisser sur le pont avec la coque inclinée ou simplement se pencher par-dessus le franc-bord pour récupérer une écoute. C’est pourquoi il est bon d’avoir à bord des gilets flottants, mais aussi des ceintures de sécurité semblables à celles utilisées par les alpinistes, très solides et capables de supporter le poids d’un homme, équipées d’un anneau solide auquel on peut attacher le “dangle”, à relier à la jack-line, un câble courant sur le pont de la poupe à la proue auquel on peut s’attacher.

Flux de sécurité

Personnel Ais Mob

Outre ces éléments personnels, il existe également un Ais Mob, un petit appareil conçu pour aider à retrouver une personne tombée accidentellement à la mer grâce au système d’identification automatique Ais utilisé pour suivre le trafic maritime afin d’éviter les collisions en mer. Une fois activé, le localisateur Ais transmet pendant au moins 24 heures un signal d’alarme radio sur la bande Vhf (canal 87b et 88b) qui peut être vu par tous les navires dans un rayon de 4-7 miles équipés d’un récepteur compatible avec la même technologie.

Ais, Sart, Epirb, Plb et systèmes satellites

Des systèmes de sécurité électroniques et satellitaires sont également installés à bord de Flow pour rendre la traversée vraiment sûre. Il s’agit notamment d’un système Ais embarqué avec Splitter et antenne VHF, d’un transpondeur Ais Sart, Epirb, Plb, d’un téléphone satellite Iridium embarqué et d’un Immarsat supplémentaire placé dans le Grab Bag de survie, et enfin d’un appareil Garmin En-Reach avec un abonnement pour l’envoi de SMS sans limite.

Sécurité des flux

Radeau de sauvetage et Grab Bag

En ce qui concerne le radeau de sauvetage, Luca Sabiu et son équipe ont opté pour un dispositif Arimar Ocean fourni par a-babordstore avec un Grab Bag séparé pour gagner du poids et avoir un radeau plus petit. L’avantage du Grab Bag est également qu’il est possible d’ajouter du matériel qu’il serait impossible de faire entrer dans un radeau, sauf pendant la fabrication. A bord de Flow, le radeau est logé sous la très solide chaire de poupe. Il est également fixé au bateau à l’aide de sangles marquées en rouge et d’un couteau à couper la corde, également de couleur rouge, pour une association visuelle importante dans les moments agités d’une éventuelle urgence.

Pendant les jours de préparation avant le départ de l’Arc+ enfin, tout l’équipage a effectué un exercice d’urgence où chaque membre s’est vu attribuer un rôle et une tâche précise en cas d’abandon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.