L’urgence du démantèlement ? Un cerf-volant peut vous amener à terre

Imaginez le scénario : après avoir débarqué, vous êtes loin de la côte et le moteur du bateau est également tombé en panne. Comment débarquer dans cette situation d’urgence ? Navigateur Yves Parlier, légende française de la voile, a mis au point un gréement de secours utilisant un cerf-volant : facile, efficace et sûr.

Démontage ? Un cerf-volant peut vous aider. Lorsque vous naviguez dans des conditions extrêmes, avec des vents forts, des rafales et des vagues déferlantes, un démâtage peut se produire, c’est-à-dire que le mât du bateau s’effondre et se brise en deux ou plusieurs sections. Souvent, le démâtage est la conséquence directe d’un chavirement du bateau. Le démâtage est une véritable urgence qui peut être résolue sans incidents majeurs à bord, mais dans le pire des cas, il peut aussi se transformer en catastrophe avec des dommages aux membres de l’équipage et à la coque. Si, toutefois, toutes les personnes à bord vont bien et que le bateau n’a pas subi de fuites, il est possible de le ramener à terre en installant un gréement de fortune.

C’est précisément pour ceux qui se trouvent dans cette situation, peut-être au milieu d’une croisière, d’un transfert ou d’une régate, qu’Yves Parlier, une légende française de la voile, a conçu il y a quelques années un système innovant impliquant l’utilisation d’un cerf-volant, c’est-à-dire un de ces cerfs-volants en forme d’aile très semblables à ceux que l’on voit voler devant les plages et pilotés par les surfeurs.

Lire aussi : Désescalade : comment réagir et se sécuriser ?

Crédits photos : Yvan Zedda.

Les skippers du Vendée Globe utilisent aussi des cerfs-volants

Le système de démâtage imaginé par Parlier s’appelle Liberty Kite Safety et permet, une fois le cerf-volant lancé dans les airs, la propulsion à la voile de yachts de 10 à 12 mètres de long. Il peut être utilisé par les bateaux de croisière à cabine, les catamarans et même les yachts de course. Il suffit de savoir que lors de la prochaine édition du Vendée Globe, la course autour du monde en solitaire, pas moins de huit skippers en course embarqueront le cerf-volant d’Yves Parlier sur leur Imoca 60 pour l’utiliser en cas d’urgence. Parmi eux, Damien Seguin et surtout Thomas Ruyant, qui est l’un des favoris pour le podium de cette édition de la course. Après tout, la question des armes de fortune est toujours d’actualité lorsqu’il s’agit du Vendée Globe, étant donné que lors des éditions précédentes de la course autour du monde, il est arrivé que plus de la moitié de la flotte ne termine pas la course en raison de pannes graves, y compris le démâtage.

Le mât, comme les marins le savent bien, a toujours été l’un des points faibles du bateau dans ces courses océaniques extrêmes, c’est pourquoi tous les skippers doivent avoir un plan B prêt en cas d’accident de démâtage afin de continuer à naviguer vers la terre la plus proche ou même tenter de terminer la course. En effet, grâce au système de cerf-volant breveté de Parlier, un bateau sans mât peut également couvrir des distances importantes à une vitesse de 6-7 nœuds.

Démontage du cerf-volant

Le cerf-volant de Parlier inspiré par son démantèlement

En concevant son cerf-volant de démâtage comme gréement de fortune, Yves Parlier s’est lui-même inspiré d’un épisode de sa carrière, lorsque lors de son deuxième Vendée Globe en 2000-2001, il a démâté et réussi à démonter et réparer ce qui restait de son mât pour revenir à terre dans une baie de Nouvelle-Zélande. Pour l’instant, deux modèles de Liberty Kite Safety sont disponibles : un cerf-volant de 10 m² et un autre de 20 m², mais à l’avenir, l’idée est de concevoir des cerfs-volants de 200, 800 ou même 1 600 m² afin d’équiper à nouveau les grands navires pour les situations d’urgence, mais aussi pour réduire la consommation de carburant et les émissions de gaz à effet de serre.

Démantèlement : comment réagir et se mettre en sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.