Ceinture de sécurité et homme à la mer

Malgré la réglementation italienne qui exige que seuls les gilets de sauvetage soient transportés à bord, le véritable dispositif qui empêche de tomber à la mer est la ceinture de sécurité attachée à la ligne de vie. Voyons comment le choisir et comment procéder en cas de récupération du survivant.

L’équipage naviguant à bord d’un bateau de plaisance a mille occasions de tomber à la mer : on peut être projeté par-dessus bord par un coup de bôme ou glisser sur le pont avec la coque inclinée ou simplement se pencher par-dessus le franc-bord pour récupérer une écoute. Les règles de sécurité à cet égard sont quelque peu bizarres et superficielles : elles exigent la présence de gilets flottants à bord, mais ces gilets ne sont nécessaires qu’après que vous êtes tombé à l’eau. Il serait donc préférable de s’équiper d’abord d’un élément qui vous empêche de tomber par-dessus bord : une ceinture de sécurité.

Il existe sur le marché d’excellents produits conçus pour un usage nautique. Ces ceintures sont très similaires à celles utilisées par les alpinistes, très solides et capables de supporter le poids d’un homme, avec une boucle solide à laquelle est fixé le “pendentif”. Il est très important que la ceinture de sécurité soit également équipée d’un accessoire indispensable, à savoir la sangle d’entrejambe qui passe entre les jambes et empêche la ceinture de glisser, un événement qui malheureusement se produit souvent, surtout lorsqu’on soulève un homme en mer, avec des conséquences même graves.

Ceinture de sécurité, jamais sans sangle d’entrejambe

Pour comprendre l’importance de la sangle d’entrejambe, il suffit de faire un test : essayez de soulever un membre d’équipage portant une ceinture sans sangle. Ce dernier va presque certainement glisser. Ce n’est pas un hasard si la présence de la sangle d’entrejambe est recommandée par plusieurs organismes internationaux, dont la British Royal Yachting Association (Rya) et la Fédération internationale de voile (Sail World) elle-même.

La sangle d’attache avec son mousqueton sert plutôt à se fixer à des points fermes et solides sur le bateau, par exemple les lignes de vie. Les ceintures et les gilets ont deux fonctions complètement différentes et il vaut mieux avoir une ceinture de sécurité et s’attacher pour éviter de tomber du bateau que d’avoir un gilet flottant et ne pas s’attacher. Malheureusement, la législation italienne ne sait pas ce qu’est une ceinture de sécurité et appelle même les gilets de sauvetage “ceintures de sauvetage”, ce qui crée la confusion.

Gilet de sauvetage

Gilet de sauvetage flottant : meilleur autogonflage

La veste flottante standardisée est rigide et encombrante, elle n’a pas de ceinture de sécurité et ne convient pas pour saisir un homme par-dessus bord, car les sangles sont faibles et peuvent se casser ou se détacher. La raison en est très simple. Son vrai nom est aide à la flottabilité et c’est un accessoire importé dans le yachting par la marine marchande, où les passagers n’ont évidemment pas besoin de s’attacher au navire, qui pourrait couler. Sur un bateau à voile ou à moteur, il n’est utile que lorsque l’équipage craint que le bateau ne coule ou lorsqu’il se trouve à bord d’un petit dériveur.

Il existe sur le marché des ceintures de sécurité avec sangles d’entrejambe et des gilets flottants autogonflants ; ils ne sont pas encombrants et se gonflent automatiquement si vous tombez à la mer. Leur prix n’est pas excessif, mais il n’est pas conseillé d’acheter le modèle le moins cher. En fait, c’est un accessoire que l’on utilise peu, mais lorsqu’on l’utilise, il doit être parfaitement fonctionnel et fiable.

Ceinture de sécurité

Quand se mettre en sécurité à la ligne de vie ? Faites preuve de bon sens

Mais quand faut-il enfiler un gilet de sauvetage ou s’assurer ? La règle est simple : dès que vous sentez qu’il y a un risque de tomber à la mer, vous devez le mettre et vous attacher, par exemple si vous allez à l’avant pour changer une voile par mer agitée ou si vous faites une veille dans le cockpit la nuit ou même si vous êtes dans le cockpit par mer agitée et que le bateau risque de chavirer.

Une chose est sûre : il est inutile de porter une veste sans l’attacher. En effet, il faut se rappeler que la première règle est de ne pas tomber du bateau. En général, c’est le capitaine ou le chef de bord qui indique aux membres de l’équipage quand il est temps de le faire, mais si vous vous sentez plus en sécurité attaché, vous devriez le faire sans hésiter. A ce stade, équipé d’une ceinture de sécurité avec une veste autogonflante, d’un dangler et d’un jackline, la probabilité de tomber dans l’eau sera fortement réduite. Cependant, cela peut toujours arriver. Que faire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.