Remplacement de la chaîne d’ancrage : les paramètres à évaluer

En Italie la norme DIN est le plus répandu mais il convient de noter que dans les diamètres 6, 7 et 8 mm (les plus courants pour les bateaux de plaisance de petite et moyenne taille), les caractéristiques dimensionnelles requises par les normes ISO 4565 et DIN 766 sont pratiquement identiques, de sorte que les chaînes sont parfaitement interchangeables.

Sur les chaînes de 10 mm de diamètre, il faut cependant faire attentioncar les deux normes ont des hauteurs différentes. Il est donc facile de déterminer le type de notre chaîne en mesurant simplement son pas ; la chaîne DIN a un pas de 28 mm, tandis que la chaîne ISO a un pas de 30 mm.

Résistance de la chaîne : travail et rupture

Il existe également deux autres paramètres importants de la chaîne à examiner attentivement lors de l’évaluation d’une fiche produit, les charges, valeurs qui définissent la capacité de la chaîne à résister aux contraintes mécaniques. La charge de travail est la charge à laquelle la chaîne peut travailler de manière continue sans subir aucun type de déformation, et c’est donc le chiffre auquel nous devons nous référer pour toutes nos évaluations. La charge de rupture d’autre part, est la charge à laquelle la chaîne se brisera et est généralement 4 à 5 fois plus élevée que la charge de travail. Mesuré à l’aide d’échantillons représentatifs, ce chiffre indique essentiellement la capacité de la chaîne à résister à des pics de charge momentanés et donc à faire face à des situations inattendues sans se rompre.

Chaînes en acier galvanisé ou en acier inoxydable ?

L’une des dernières distinctions à faire concernant les chaînes d’ancrage concerne les matériaux, à savoir si la chaîne est en acier galvanisé à chaud (HDG) ou en acier inoxydable (ISO 304 ou AISI 316). Le HDG (galvanisé à chaud) est certainement le type de chaîne le plus courant et le plus utilisé pour l’ancrage, car il offre une excellente résistance mécanique ainsi qu’une bonne résistance à la corrosion, et ce à un prix bien inférieur à celui des chaînes en acier inoxydable. La galvanisation à chaud recouvre le métal de base en agissant comme une anode sacrificielle. Cela signifie que le zinc va en fait se “sacrifier” pour protéger le métal de base de l’oxydation.

Acier inoxydable marin : avantages et inconvénients

Le seul type d’acier inoxydable qui peut être utilisé pour les équipements de bord et surtout pour la fabrication de chaînes d’ancrage est sans aucun doute le suivant l’AISI 316 qui, contrairement au 304 commun, n’est pas facilement attaqué par les agents atmosphériques et le sel. L’acier inoxydable est esthétiquement beau mais aussi très cher et, malgré les idées reçues, il ne garantit pas les mêmes performances en termes de résistance mécanique que des matériaux moins chers comme, dans le cas des chaînes, l’acier galvanisé à chaud courant.

Un conseil ; pour prolonger le bon aspect et la durée de vie d’une chaîne, qu’elle soit galvanisée ou inoxydable, il est essentiel de la laver périodiquement à l’eau douce. Plus le lavage est fréquent, mieux c’est ; pensez à le faire chaque fois que vous prenez le tuyau d’arrosage sur le quai.

Lire aussi :
Chaîne d’ancrage, comment la choisir
– Le difficile dilemme de l’ancre : câble ou chaîne ?
– L’articulation entre l’ancre et la chaîne, le point faible du calame.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.