Panneau moteur : capteurs, indicateurs et alarmes

Comment fonctionne notre moteur inboard ? Est-il parfaitement efficace ? La température et la pression sont-elles correctes ? Et quel est l’état de charge de la batterie en service ? Ce sont les questions fondamentales que se pose tout plaisancier en mer. Pour contrôler le bon fonctionnement du moteur inboard, il est nécessaire de disposer d’un tableau de bord du moteur. avec une série de capteurs, de jauges et de voyants d’alerte installés pour nous avertir d’éventuelles défaillances.

Pour une utilisation correcte du moteur inboard installé sur notre bateau, nous devons disposer dans le tableau de commande d’une série d’instruments indispensables pour contrôler son fonctionnement, ainsi que l’état et l’efficacité de l’énergie électrique qui lui est connectée, et donc d’une série de capteurs, d’indicateurs et de voyants qui nous alertent sur d’éventuelles défaillances. La complexité du panneau de commande d’un moteur est déterminée par le type et la puissance du moteur lui-même. En général, les moteurs de faible puissance disposent de simples alarmes visuelles ou sonores pour signaler une surchauffe ou une perte de pression d’huile. Les plus puissants, en revanche, sont équipés d’instruments qui peuvent indiquer exactement le fonctionnement du moteur.

La plupart des indicateurs sont montés sur le panneau de commande, bien loin du moteur. Ils sont généralement situés dans le cockpit ou dans le coin navigation. Aujourd’hui, ils sont presque tous électriques et fonctionnent grâce à des signaux provenant de capteurs qui convertissent l’énergie négative de la grandeur à surveiller en signaux électriques qui sont transmis à divers points du bateau avec plus de facilité. Voyons donc quels sont les principaux composants du panneau moteur d’un bateau, qu’il soit à voile ou à moteur.

Précieux transducteurs, sentinelles du moteur.

Dans certains cas, le tableau de commande n’est équipé que de voyants utiles pour signaler les dysfonctionnements du moteur et ne dispose pas d’indicateurs précisant ses fonctions de base. En général, un tableau de bord est équipé d’un ou plusieurs des indicateurs suivants : pression d’huile, température de l’eau, régime et heures de fonctionnement du moteur, température des gaz d’échappement, niveau de carburant, voltmètre, ampèremètre et tachymètre.

Parmi les instruments qui ne doivent pas manquer dans un bon panneau moteur, on trouve les jauges de température d’eau et de pression d’huile. Les dispositifs qui reçoivent ces informations du moteur sont appelés transducteurs et sont essentiellement de deux types : les capteurs qui transmettent leurs informations aux jauges (en anglais, ils sont appelés “sensors”) et les “émetteurs” de transducteurs qui envoient leurs signaux pour activer les alarmes. Dans certains cas, les deux peuvent être combinés en une seule unité, que l’on appelle un transducteur multifonctionnel.

Panneau moteur

Témoins de pression d’huile et de température de l’eau

Le capteur de température de l’eau de refroidissement est équipé d’un noyau de thermistance constitué d’un métal dont la résistance électrique varie en fonction des changements de la température ambiante. En cas de couplage, un circuit électrique peut être inséré dans l’indicateur afin de surveiller les changements de courant lorsque la résistance électrique de la thermistance est modifiée. La seule partie du circuit qui peut bouger est le commutateur bimétallique par lequel les signaux sont envoyés à l’alarme acoustique de haute température. Cet interrupteur est constitué d’une bande de deux métaux différents ayant des coefficients de dilatation différents, enroulés ensemble en forme d’hélice. Lorsque la température varie, les différents coefficients de dilatation des métaux font tourner la bande, et si elle est insérée dans un circuit électrique, elle se comporte exactement comme un interrupteur. Dans des conditions normales de fonctionnement, les contacts sont normalement ouverts et ne se ferment que lorsque l’alarme se déclenche.

Si le dispositif d’alarme signalant une température élevée de l’eau se met en marche, le courant de ligne est libre de circuler vers la terre à travers l’avertisseur, la diode B et l’interrupteur fermé. Un parcours similaire s’applique également à l’alarme de basse pression d’huile, à la différence que dans ce cas, le courant passe par la diode A. Le but de ces diodes est d’éviter que le circuit d’alarme ne soit alimenté par un courant provenant d’un autre circuit d’alarme en amont du premier.

Vitesse du moteur

Voltmètre et ampèremètre

Les voltmètres et les ampèremètres sont tout aussi importants. L’ampèremètre nautique nous indique l’absorption de l’utilitaire et donc la consommation électrique, tandis que le voltmètre nautique nous permet de vérifier l’état de charge de notre batterie dédiée en indiquant la tension. Pour ces deux instruments, plus l’échelle de lecture est large, plus notre lecture est précise. Comme c’est le cas pour une montre, si le cadran n’indique que les heures “3-6-9-12”, la lecture est moins précise qu’un modèle dans lequel toutes les heures et les minutes sont marquées.

Panneau moteur

Compte-tours : vitesse du moteur sous contrôle

Un indicateur clé du panneau moteur est également le compte-tours, qui est capable de surveiller à la fois le régime et les heures de fonctionnement du moteur. Le régime est enregistré au moyen d’un cadran analogique, tandis que les heures de fonctionnement du moteur sont enregistrées par les roues dentées. Le compte-tours reçoit une impulsion de courant alternatif de l’enroulement de l’alternateur. Le signal de sortie de l’alternateur a une fréquence directement proportionnelle à la vitesse du moteur et est envoyé à un indicateur électrique calibré pour reproduire le régime du moteur. Pour que les vitesses se déplacent en fonction du temps de marche et non du régime moteur, les impulsions doivent être rectifiées. Ensuite, ce signal CC est envoyé à un petit moteur CC qui fait tourner les roues dentées, qui sont calibrées pour tourner et représenter le temps réel. Selon le type d’alternateur, les bornes du tachymètre sont marquées des symboles suivants : W, AC, X, AC TAP ou R.

Une autre façon d’envoyer des signaux au tachymètre est d’utiliser un détecteur électromagnétique dans lequel un aimant placé sur le bord du volant moteur passe à proximité de la bobine d’un inducteur fixé au bloc moteur à chaque rotation. Là encore, les impulsions induites sont ensuite envoyées à un indicateur électrique sur le panneau.

Angle de navigation

Le compteur d’heures/moteur

Certains panneaux n’ont pas de compte-tours, mais sont uniquement équipés d’un compteur d’heures/moteur. Il s’agit d’un moteur à courant continu à faible régime calibré pour représenter une mesure de temps. Aujourd’hui, l’industrie maritime propose des écrans numériques à cristaux liquides dans lesquels l’indicateur d’heure est un compteur LCD qui présente toutefois l’inconvénient de ne pas pouvoir être remis à zéro. Ce dispositif utilise un signal prélevé sur la sortie auxiliaire de l’alternateur, qui fournit naturellement un signal continu tant que le moteur tourne. Certains tachymètres et indicateurs d’heures de fonctionnement du moteur sont connectés entre les bornes positives et négatives de l’allumage : bien qu’elle soit considérée comme pratique à certains égards, cette disposition peut donner une lecture incorrecte car les périodes où le moteur tourne alors qu’il est au point mort sont également comptées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.