Les 9 ancres de nouvelle génération

Peu d’accessoires embarqués sont aussi fondamentaux pour la sécurité de la navigation qu’ils sont ambigus et mystérieux. L’ancre est l’un d’entre eux, un instrument ancien qui, au fil des ans, a alimenté de faux mythes et des jugements de validité basés sur des tests peu fiables. En plus des modèles classiques ces derniers temps De nouveaux ancrages ont été brevetés. Ils sont faciles à utiliser et ont une forte adhérence. Voyons donc ce que sont les 9 ancres de nouvelle génération.

L’ancre est l’un de ces accessoires de bord qui est aussi important que mystérieux à certains égards et à propos duquel il y a eu de nombreux débats et fausses croyances au fil du temps. Bien sûr, il y a aussi quelques certitudes sur cet instrument qui a accompagné l’histoire de la navigation. Le problème est que c’est précisément le contexte dynamique et extrêmement variable dans lequel l’ancre travaille, c’est-à-dire le mouillage, le fond marin, les vents, les courants, le poids du bateau, la calamité, qui fait que cet accessoire est soumis à des charges et à des conditions de travail qui changent constamment et rendent sa sécurité incertaine dans certains scénarios.

Un exemple de cette ineffabilité de l’ancre provient du marché nautique. Les entreprises d’ancrage identifient et cataloguent leurs produits en fonction de leur poids. En réalité, c’est la surface de la douve qui est importante, mais il est également vrai qu’une plus grande surface signifie un plus grand poids. En principe, cette classification a donc du sens, mais uniquement entre des ancrages de même conception et non entre ceux de formes différentes.

Tests d’ancrage : des critères standard sont nécessaires

Il convient également de faire preuve d’une certaine prudence lors de l’évaluation de tests d’ancrage spécifiques. En fait, il n’existe pas de procédure uniforme et standardisée. pour les réaliser car chaque groupe d’expérimentateurs utilise des critères différents et ces tests sont donc totalement incomparables. En revanche, les résultats des efforts endurés par les différents ancrages au cours d’un même essai sont comparables.

Aujourd’hui encore, le concept même de force maximale, dont les tests techniques susmentionnés font étalage, est plutôt ambigu. Il y en a en fait au moins deux : lla résistance offerte par l’ancre avant qu’elle ne commence à labourer et celle après qu’elle ait commencé à labourer.. Une bonne ancre doit offrir plus de résistance lorsqu’elle laboure sinon elle envoie immédiatement, mais nous, les plaisanciers, sommes également intéressés par la résistance de l’ancre lorsqu’elle est à l’arrêt afin d’éviter que le bateau ne se déplace accidentellement lorsqu’il est amarré.

Ancrage

Faux mythes et croyances concernant l’ancre

En revanche, certains mythes erronés qui persistent parmi les plaisanciers ont enfin été démystifiés. La première est que le poids de l’ancre est un facteur important pour sa tenue.. En réalité ce qui compte avant tout, c’est la forme de l’ancreun concept désormais amplement démontré par les modèles en aluminium qui, malgré un poids inférieur de près d’un tiers à celui des modèles traditionnels, présentent la même résistance que les modèles en acier de même forme.

Le deuxième faux mythe est que le poids de la chaîne contribue à une bonne adhérence en maintenant l’angle d’attaque bas.. A cet égard, il est désormais acquis que le poids de la chaîne n’est pas pertinent pour la tenue de l’ancre. En effet, lorsque le bateau reçoit une forte poussée du vent, il met la ligne d’ancrage, qu’il s’agisse d’une chaîne, d’une ligne ou d’un mixte, sous tension, ce qui l’amène en ligne pratiquement droite. Dans cette condition, le poids de la chaîne n’a aucun effet sur le serrage de l’ancre, seul compte l’angle d’attaque entre la ligne et le fond, qui dépend à son tour uniquement du calumet. L’angle d’attaque optimal est évidemment nul, c’est-à-dire avec la chaîne parallèle au fond de la mer, mais un angle de 8 degrés maximum est considéré comme acceptable, ce qui signifie un calumet de 7 degrés si la ligne est entièrement en chaîne ou de 5,7 degrés si la ligne est en nylon.

Nouveaux ancrages

Comparaison des nouveaux brevets

Ce qui est certain, c’est qu’au fil des ans, l’ancre a été perfectionnée et qu’aujourd’hui, elle est une merveilleuse pièce d’ingénierie résultant de calculs et de tests sophistiqués. Il existe de nombreux modèles d’ancres sur le marché, chacun ayant ses mérites et ses défauts. Les plus populaires ont des designs et des formes désormais classiques : le Cqr, le Danforth, le Bruce, le Delta, pour n’en citer que quelques-uns. Récemment, cependant, de nouveaux modèles d’ancrage ont été brevetés, qui sont faciles à utiliser et ont une prise solide. Voyons quels sont les 10 ancrages de nouvelle génération.

Bugel

01. Bügel

L’ancre Bügel, de conception allemande, est apparue pour la première fois en 1986 et s’est immédiatement distinguée par sa forme différente de celles qui existaient jusqu’alors sur le marché. Sa caractéristique la plus frappante est la présence d’un arceau de sécurité semi-circulaire. ce qui lui permet d’être positionné en toute sécurité et toujours dans la bonne direction. Bügelanker signifie en allemand “poignée” ou encore “arceau”. Il ne possède pas de soc comme le Delta, mais une barre plate et large pour offrir plus de résistance au sol. Il se comporte bien dans tous les types de fond. Le Bügel n’a jamais été correctement commercialisé, en raison de sa conception très simple, mais l’introduction de l’arceau de sécurité a laissé sa marque et a été copié dans de nombreux modèles ultérieurs. La plupart de ces ancres sont en fait encore construites par des amateurs aujourd’hui. La seule entreprise connue qui produit des Bügels allemands en acier inoxydable est Wasi et ils sont assez chers, environ 700 euros pour un Bügels de 9 kilogrammes.

Épées

02. Bêche

Le French Spade est apparu en 1998. Conçu par le Français Alain Poiraud a réintroduit une caractéristique particulière du Bruce, à savoir la flèche concave.. La Spade n’est pas exactement une ancre révolutionnaire de par sa conception, mais elle offre des performances brillantes que peu d’autres peuvent surpasser. Par exemple, le Spade n’utilise pas d’arceau, mais une répartition du poids déplacée vers la pointe (environ 50 %). Pour atteindre ce pourcentage, le poids est retiré de la tige, qui est fabriquée en creux. La fourche est disponible en aluminium, en acier galvanisé ou en acier inoxydable. Tout cela se traduit par un coût élevé de la vente au détail et problèmes de déformation de la tige, surtout pour celle en aluminiumo. L’embout lui-même a une forme spéciale pour assurer une bonne pénétration. Lors des tests, le Spade obtient toujours les meilleurs classements aux côtés du Rocna. Sa résistance statique est de l’ordre de 1,8 tonne, ce qui est remarquable par rapport aux ancres de conception antérieure.

Rocna

03. Rocna

Le Rocna est une conception néo-zélandaise et est apparu sur le marché en 2004. Il intègre à la fois l’arceau de sécurité du Bügel et la flèche concave du Spade. Le diamant a une pointe beaucoup plus épaisse que son extrémité arrière. Ces deux facteurs lui confèrent une énorme résistance à la flexion. Le rapport surface/poids est également excellent, la conception de la tige ne permettant pas de mouvement vertical. Il s’agit d’une conception gagnante qui arrive toujours en tête dans tous les tests.Il pénètre rapidement même dans les algues et offre une résistance de l’ordre de 1,8-2,2 tonnes, ce qui lui permet de résister à des vents de 70 nœuds avec un bateau de 10 tonnes. Lorsqu’il est sollicité dans une autre direction, il tourne sans perdre son adhérence. Le Rocna a rapidement connu le succès et a également fait l’objet d’une série d’imitations, comme le Manson, qui offrent toutefois des performances nettement inférieures à celles de l’original.

Acheter une ancre Rocna &gt ;

Knox

04. Knox

La Knox, conçue par John Knox, un fin connaisseur des ancres, est également nouvelle. Cependant, aucun essai comparatif indépendant avec d’autres ancrages n’est encore apparu permettant de porter un jugement fiable. Il ressemble au Rocna, mais l’arceau est fixé à l’arbre et la patte est divisée en deux.. S’il semble évident que la fixation de l’arceau à l’arbre confère à l’ancre une plus grande solidité, on n’imagine pas l’amélioration que pourrait offrir la fente de l’arceau.

Mantus

05. Mantus

Introduite en 2012, l’US Mantus est très similaire à la Rocna mais est détachable et pourrait être une bonne solution comme deuxième ancre que l’on ne sait jamais où ranger. Il possède une pointe solide et pointue qui permet une bonne pénétration. Pour cette ancre aussi, il n’existe pas encore de tests comparatifs indépendants, bien que le fabricant jure que les performances de ce modèle sont meilleures que celles de la Spade et de la Rocna.

Ancrage

06. Bulwagga

Le Bulwagga est originaire des Etats-Unis. Destiné à fonctionner très bien sur les algues, il a également une très bonne adhérence sur le sable et la boue. Il est équipé de trois pattes, dont deux pénètrent dans le fond marin, et d’une tige avec un axe de pivotement qui s’ajuste pour assurer l’angle correct du calumus. En quelque sorte, c’est un Danforth de nouvelle génération, mais beaucoup plus fiable que l’original. En revanche, les nageoires sont plates, sans aucun renfort et peuvent être facilement endommagées. En raison de sa forme et de sa construction, le Bulwagga est plus difficile à arrimer et quelques coups de mer bien portés sur la proue le feront plonger au fond.

Raya

07. Raya

Raya est un système encore plus sophistiqué et complexe que le Spade, avec une tige incurvée et une partie plate plus épaisse et plus pénétrante.comme une lame de forme concave, très similaire à celle de la bêche. Il fonctionne très bien une fois qu’il s’accroche au fond de la mer, mais malheureusement, il échoue toujours dans sa tentative d’éviter un chavirage partiel sur le côté lorsque vous le faites couler. Son point fort est son coût abordable, mais l’absence totale de renfort dans la partie arrière le rend peu résistant aux coups de mer.

Sarca

08. Sarca

Le Sarca est un modèle australien avec un arceau fin, adapté aux fonds rocheux et sablonneux. Sa classification comme ancre de nouvelle génération est discutable en raison de sa lame convexe peu profonde (il s’agit en fait d’une aspecie de charrue modifiée). Utile est l’arceau qui le fait reposer sur le fond en position, son angle avec la tige, cependant, le rend peu pénétrant. L’angle droit affaiblit aussi gravement la tige elle-même, qui n’est faite que d’acier doux. Il se comporte bien, cependant, avec les petits bateaux pour l’ancrage le long de la côte.

Oceane

09. Océane/Sword

La dernière variante de l’ancre Spade est l’Oceane/Sword qui a été légèrement remaniée par rapport au modèle précédent, suite à des avis négatifs. Son concepteur a donc créé une version avec des variantes améliorées. Il ressemble en principe à un Spade, mais sans pointe lestée. L’accessoire est monté sur l’extrémité de la cuillère qui s’agrippe au fond, dans le but de lui donner du poids. Des sortes d'”oreilles” ont également été ajoutées sur le côté. Il est excellent pour les fonds sableux et rocheux, tandis qu’il montre un peu de corde sur les fonds d’algues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.