Urgences à bord : ce qu’il faut mettre dans le sac de secours

Imaginez que votre pire cauchemar se réalise : une défaillance catastrophique de l’équipement ou des dommages irréparables dus à une collision ou à une erreur humaine mettent votre bateau en danger. Vous vous retrouvez dans la nécessité d’abandonner le bateau. Mais comment êtes-vous préparé ?

Les chances de se retrouver dans une situation d’urgence grave nécessitant l’abandon de votre bateau sont heureusement minces, mais cela ne signifie pas que vous ne devez pas vous préparer. Si le radeau de sauvetage est certainement le meilleur abri dans une telle situation, le sac de survie est tout aussi important, ce que les anglo-saxons appellent un “grab bag” ou “ditch bag” et qui contient tous les accessoires nécessaires pour rester en vie même pendant plusieurs jours et pour communiquer. Qu’il s’agisse de gadgets électroniques ou d’appareils de signalisation plus traditionnels, tout ce que vous rangez dans ce sac peut faire la différence entre la vie et la mort. Il est donc utile de réfléchir à ce que vous allez y mettre exactement, car c’est nous qui le choisissons.

Epirb, l’émetteur qui vous fait vous retrouver

Epirb est l’acronyme de Emergency Position Indicating Radio Beacons, qui se traduit en italien par “émetteur radio indiquant la position d’urgence”. Faisant désormais partie de l’équipement de sécurité de la plupart des bateaux, ce dispositif est souvent monté à un endroit facile d’accès sur le bateau, généralement près de la descente ou directement dans le cockpit, près du poste de barre, mais il peut également être rangé dans le sac à main. Il peut être activé manuellement ou automatiquement si le bateau et son équipage sont en grande difficulté. Une fois activé, l’Epirb transmet un message codé sur 406MHz, la fréquence internationale de communication d’urgence, pendant au moins 48 heures. Grâce à un réseau mondial de satellites, les autorités sont ainsi informées de votre position et les données personnelles fournies lors de l’enregistrement de la balise permettent d’identifier précisément le navire en détresse.

Un Epirb standard peut localiser votre position spécifique avec une marge d’erreur de quelques dizaines de mètres. Certains Epirbs émettent également simultanément sur 121 MHz, une fréquence qui peut être captée par un navire ou un avion de sauvetage à courte distance, et disposent d’une lumière stroboscopique pour attirer l’attention des pilotes ou des skippers. En bref, un Epirb est la première ligne de défense et de communication en cas d’urgence et aucun bateau ne devrait en être dépourvu.

Sart, pour communiquer avec les sauveteurs

Moins populaire que l’Epirb, le Sart est un transpondeur de recherche et de sauvetage qui utilise la fréquence radar. Conçu pour être activé lorsqu’un contact visuel est établi avec un navire proche, le Sart émet un signal qui apparaît sur un écran radar sous la forme de 12 bips consécutifs indiquant votre position. Cette signature numérique distincte est conçue pour capter l’attention de l’opérateur radar, lui permettant de localiser votre position.

En pratique, le Sart peut être le principal moyen de communication avec un sauveteur potentiel passant à proximité et sa batterie dure beaucoup plus longtemps que celle de l’Epirb. Contrairement à ce dernier, il ne doit pas non plus être enregistré, ce qui permet de le transporter en toute sécurité d’un navire à l’autre. Lorsqu’il est actif, le Sart émet des signaux sonores et visuels pour avertir l’utilisateur qu’il utilise le radar. Comme tout équipement radar, plus le Sart est placé haut, plus son potentiel de transmission est important, il est donc conseillé de le placer sur le mât ou sur un pont volant.

Réflecteur radar gonflable

Un radeau de sauvetage gonflable, donc construit presque entièrement en PVC, n’a pas de bords durs ou de surfaces réfléchissantes facilement visibles sur les radars. Cela signifie que, bien que le radeau de sauvetage soit conçu pour être très visible, il ne peut être repéré que par l’œil humain, et non par ces appareils électroniques auxquels nous nous fions si souvent. Une solution idéale à ce problème consiste à placer un réflecteur radar gonflable dans le sac de transport. Pas plus gros qu’un livre lorsqu’il est dégonflé, cet accessoire est compact et pèse un peu moins de 1 kg. Il est visible sur le radar grâce aux panneaux de tissu métallisé de DuPont qui sont logés dans la structure gonflable en PVC et ne présentent pas d’arêtes vives qui pourraient percer votre radeau de sauvetage. Les réflecteurs radar gonflables sont conformes aux réglementations strictes de nombreux rallyes en flottille dans le monde et font partie depuis quelques années du kit de sécurité standard des bateaux de course participant au Golden Globe.

sac à main

Gps et vhf portables dans des étuis étanches

Avec la variété et l’économie des modèles sur le marché aujourd’hui, il serait insensé de ne pas inclure un petit Gps portable dans votre sac à main. Non seulement vous serez en mesure de communiquer votre position exacte aux sauveteurs potentiels, mais vous pourrez également l’utiliser pour déterminer l’efficacité de tout plan de navigation d’urgence. Il en va de même pour une VHF étanche et portable. Pour ces deux appareils, il est également important de penser à avoir des piles de rechange, ainsi que d’investir dans un étui étanche, même peu coûteux, pour les protéger, même par mauvais temps.

sac à main

Téléphone satellite, communication instantanée

De nombreux plaisanciers mettent un téléphone satellite dans le sac de secours en cas d’urgence, mais le coût élevé de ces appareils, les abonnements et les longs temps de transmission peuvent décourager leur utilisation dans le sac de survie. Toutefois, les modèles plus récents, dont les prix sont légèrement inférieurs, deviennent rapidement des alternatives populaires. Parce qu’en fin de compte, il n’y a rien de mieux qu’une communication bidirectionnelle instantanée. Avec le téléphone satellite, on peut non seulement transmettre des détails importants sur sa situation, mais aussi poser des questions qui peuvent s’avérer précieuses pour sauver des vies, voire pour le moral.

Tous les fournisseurs de services ne sont pas égaux. Il est donc conseillé de tester périodiquement votre téléphone pour vérifier que le service est toujours actif et que le compte est crédité. De plus, étant donné l’utilisation marine de ces appareils, il est conseillé d’investir dans un étui étanche pour protéger votre téléphone satellite lorsqu’il n’est pas utilisé.

sac à main

Trousse médicale supplémentaire dans le sac à main

Un radeau de sauvetage contient généralement une trousse médicale de base, mais une trousse médicale supplémentaire personnalisée dans le sac à main peut être tout aussi utile, surtout si vous devez prendre quotidiennement des médicaments sur ordonnance. La couverture thermique est un article inestimable qui doit être inclus dans votre trousse médicale. Super compactes et légères, ces couvertures en feuille laminée sont conçues pour conserver la chaleur corporelle, un facteur important lorsque l’hypothermie due à l’exposition à l’eau menace. En ce qui concerne la trousse médicale de bord, vous devez vérifier régulièrement son contenu, contrôler les dates de péremption des différents médicaments et produits, et remplacer les articles si nécessaire.

Sifflet, héliographe, corne

Ces dispositifs de basse technologie peuvent sembler désuets dans le monde numérique d’aujourd’hui, mais ils peuvent en fait s’avérer essentiels pour attirer l’attention d’un navire ou d’un avion de passage. La lueur du soleil provenant d’un héliographe ou le son d’une sirène aérienne permettent d’attirer rapidement l’attention des sauveteurs ou d’éviter une collision accidentelle par temps brumeux ou inclément. L’essentiel est que vous n’ayez pas à vous soucier de recharger les batteries ou d’essayer de vous rappeler comment utiliser un équipement compliqué pendant les moments agités et stressants d’une urgence.

Lire aussi : Epirb, qu’est-ce que c’est et comment ça marche ?

Filtre à eau douce manuel

L’être humain ne peut survivre que trois jours sans eau potable. Il est donc plus que jamais nécessaire de ranger un filtre à eau manuel dans le sac à dos. Lors d’une édition de la Volvo Ocean Race, une course par étapes autour du monde en équipage, ce dispositif a sauvé la vie de l’équipe chinoise Dongfeng lorsque le dessalinisateur qu’elle avait à bord est tombé en panne. Bien que répondre aux besoins en eau de l’ensemble de l’équipage en mer puisse être une tâche laborieuse, cette simple pièce d’équipement peut s’avérer très précieuse. Ces accessoires sont désormais disponibles à des prix abordables, même dans les magasins de camping. Ils sont simples à utiliser et permettent de disposer de l’eau potable nécessaire où que vous alliez. Veillez également à ranger des filtres et des pièces de rechange supplémentaires, car vous n’aurez pas de magasin sous la main lorsque vous aurez besoin de les utiliser.

sac à main

Rations supplémentaires de nourriture et d’eau

Comme pour les fournitures médicales supplémentaires, il n’est jamais mauvais d’avoir dans son sac des rations supplémentaires de nourriture et d’eau provenant du bateau. On peut y mettre des rations de survie compactes et déjà portionnées, mais on peut aussi simplement faire le plein de bouteilles d’eau. Les pots de beurre de cacahuètes et de miel peuvent être très utiles. Le beurre de cacahuètes est un aliment facile à consommer, riche en graisses et en énergie, parfait pour être mangé seul ou pour masquer des saveurs désagréables ou rendre des biscuits de ration plus appétissants. Le miel n’est pas seulement excellent à dissoudre dans l’eau pour donner un regain d’énergie, mais il peut aussi être utilisé pour soigner les coupures et les brûlures. On peut également envisager de stocker des barres énergétiques sous forme de gel, qui sont faciles à manger et ne nécessitent pas de cuisson.

Passeports et documents de bateau

Il devrait être d’usage de conserver les passeports de toutes les personnes à bord, y compris l’équipage ou les invités de passage, ensemble dans le sac à main. Il serait bon de conserver ces documents et d’autres documents importants, comme l’immatriculation du bateau et les documents d’assurance, dans une mallette étanche. Il est également judicieux de prévoir un peu d’argent liquide afin de pouvoir payer les hôtels et acheter des vêtements ou des billets d’avion pour le retour à la maison une fois que vous aurez été secouru.

En bref, le sac à main est un dispositif qui mesure notre degré de conscience. Aucun marin n’aime penser à abandonner son bateau, mais un navigateur prudent doit envisager et se préparer à toutes les possibilités.

Où installer l’Epirb à bord ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.